Bouaida réitère à Tunis l’appel du Maroc pour un nouvel ordre maghrébin

Bouaida réitère à Tunis l’appel du Maroc pour un nouvel ordre maghrébin

636
0
PARTAGER
Bouaida réitère à Tunis l’appel du Maroc pour un nouvel ordre maghrébin
La ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Mme Mbarka Bouaida a réitéré, jeudi à Tunis, l’appel du Maroc pour l’instauration d’un nouvel ordre au sein de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), le seul à même de réaliser la complémentarité et l’intégration régionales et raffermir sa présence parmi les groupements régionaux et internationaux.

Pour ce faire, le Royaume est disposé à examiner l’ensemble des moyens permettant de réactiver l’action de l’UMA, la détermination des priorités et le développement des méthodes de travail, partant de la conviction que l’édification maghrébine constitue un choix stratégique, un acquis historique et une revendication populaire inéluctable, a assuré Mme Bouaida devant la 34ème session du conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Union.

Mme Bouaida a appelé les pays membres à œuvrer pour transcender la situation actuelle, en adoptant de nouveaux mécanismes et approches en matière de prise de décisions afin qu’elles soient plus efficientes et en phase avec la nouvelle réalité régionale et internationale.

Après avoir mis en exergue les acquis importants réalisés par l’Union, Mme Bouaida a attiré l’attention sur l’existence de contraintes qu’il faut surmonter en vue de redynamiser le système maghrébin, rappelant les positions du Roi Mohammed VI qui a réitéré, à plusieurs occasions, l’attachement du Maroc à la construction maghrébine en tant que choix stratégique et son engagement à faire émerger un nouvel ordre transcendant toutes les sources de désaccord.

Eu égard à la conjoncture actuelle que traverse la région maghrébine et aux défis économiques, sécuritaires et de développement, la ministre déléguée a souligné l’impératif d’initiatives courageuses pour dépasser cette situation via une approche « cohérente, intégrée et participative de nature à faire de l’UMA un bloc à même d’influer sur le cours des événements ».

Elle a, à cet effet, insisté sur le respect « des principes de bon voisinage, de souveraineté des pays et la préservation de leur unité, de manière à établir une paix juste et globale garantissant la paix et la sécurité de tous les peuples ».

En corrélation, Mme Bouaida a indiqué que la recrudescence des attaques terroristes ayant ciblé dernièrement la région maghrébine exige le renforcement de la coordination sécuritaire et l’accélération de l’élaboration d’une stratégie sécuritaire commune, en prenant en considération les dimensions sécuritaire, de développement, religieuse et pédagogique.

Par la même occasion, elle a appelé à accélérer la tenue du conseil des ministres chargés des affaires juridiques et judiciaires pour hâter l’adoption de cette stratégie.

Dans le même ordre d’idées, Mme Bouaida a fait remarquer que les dangers sécuritaires guettant la région ont atteint un stade très inquiétant et se trouvent exacerbés par la situation dans la région sahélo-saharienne, « devenue un vaste champ où les instruments de contrôle restent faibles et où les groupes radicaux et les réseaux criminels sont très actifs « .

Ces défis sécuritaires, a-t-elle dit, exigent de tous l’intensification des efforts, l’approfondissement de la coopération, le renforcement de la coordination sécuritaire entre les pays maghrébins et la réflexion à l’ouverture de canaux de contacts entre les pays de l’UMA et ceux sahélo-sahariens en vue de mettre en place un partenariat ouvert, dans le cadre d’un dialogue politique permanent.

Au niveau économique, la ministre déléguée a pointé du doigt les entraves à l’édification d’une économie intégrée et forte et à la libre circulation des personnes et des biens, dont le dépassement ouvrira de larges perspectives devant le développement, la création de richesses et de l’emploi.

La ministre a, ainsi, exhorté les pays maghrébins a accélérer la création d’une zone de libre-échange pour accompagner les changements que connait le système commercial mondial et se préparer à l’avènement d’une ZLA continentale à l’horizon 2017, tout en s’attelant au lancement de grands projets d’intégration structurants.

Evoquant la crise libyenne, la ministre déléguée a renouvelé le soutien du Maroc, Roi, gouvernement et peuple, aux frères libyens pour la réalisation de leurs ambitions ainsi que la position constante du Royaume en faveur de la préservation de l’intégrité territoriale de la Libye.

Elle a appelé la communauté internationale à appuyer et accompagner le gouvernement d’union nationale « pour qu’il puisse surmonter l’étape cruciale » que traverse le pays.

Mme Bouaida a souligné la contribution du Maroc à la recherche d’un règlement au confit en Libye et sa mobilisation pour faire réussir le dialogue inter-libyen à Skhirat, sanctionné en décembre dernier par la signature de l’Accord politique.

La ministre déléguée a aussi rappelé la tenue au Maroc des consultations entre les membres de la commission du dialogue national ayant permis la formation du gouvernement d’union nationale, émettant l’espoir de voir le Parlement libyen voter en faveur de ce gouvernement.

Commentaires