Brésil: la Cour Suprême refuse d’extrader l’Italien Cesare Battisti et le libère

Brésil: la Cour Suprême refuse d’extrader l’Italien Cesare Battisti et le libère

270
0
PARTAGER

Sur neuf juges, six ont voté contre l’extradition, entérinant la décision de l’ancien président Luiz Inacio Lula da Silva, prise fin décembre 2010. Ils ont estimé qu’elle était conforme au traité d’extradition signé par le Brésil et l’Italie en 1989.

 

Au cours du même vote, la majorité des juges a tranché en faveur de la libération immédiate de Battisti.

Rome a aussitôt réagi par la voix de la ministre italienne de la Jeunesse, Giorgia Meloni, qui a dénoncé ce refus comme étant l' »énième humiliation » pour les victimes. « La décision des juges suprêmes brésiliens de ne pas autoriser l’extradition d’un criminel comme Battisti, tout comme celle de l’ex président Lula, représente l’énième humiliation pour les familles de ses victimes », a déclaré la ministre, citée par l’agence Ansa.

Aujourd’hui âgé de 56 ans, Battisti était réclamé par l’Italie après avoir été condamné en 1993 par contumace à la réclusion à perpétuité pour quatre meurtres et tentatives de meurtres à la fin des années 1970, crimes dont il se dit innocent.

Juste avant le vote final, les juges avaient estimé que l’Italie n’avait pas la légitimité pour mettre en cause une décision du président brésilien. Selon eux, la décision de Lula est une question de souveraineté nationale, relevant de la compétence de l’exécutif et non du judiciaire.

En 2009, la Cour avait accepté d’extrader Battisti mais, dans un jugement controversé, avait laissé le président Lula décider en dernier ressort. Au dernier jour de son mandat, le 31 décembre 2010, Lula avait rejeté l’extradition de Battisti vers l’Italie, estimant qu’il pourrait y être victime de persécution politique.

Battisti « est très anxieux dans l’attente de son jugement » et il continue à prendre des anti-dépresseurs, avait déclaré une de ses avocates, Renata Saraiva, qui lui rend souvent visite en prison.
Le refus de Lula d’extrader Battisti avait provoqué une crise diplomatique entre Brasilia et Rome pour qui la décision de l’ancien président « portait atteinte à la souveraineté de l’Italie ». A l’époque, Rome avait rappelé son ambassadeur pour consultations, un geste traduisant la colère du gouvernement et de toute la classe politique. « Je m’engage à poursuivre la bataille pour que Battisti soit livré à la justice italienne », avait alors déclaré le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi.
L’ancien activiste, devenu auteur de romans policiers en France où il a trouvé refuge de 1990 à 2004 et obtenu de larges soutiens, clame son innocence et affirme être « certain » qu’il serait présécuté et tué s’il était renvoyé en Italie.
Arrêté dans son pays en 1979 quand il militait dans le groupuscule des « Prolétaires armés pour le communisme » (PAC), Cesare Battisti avait été condamné à douze ans de prison. Il s’est évadé en 1981 et a alors commencé une longue cavale au Mexique, en France et au Brésil.
Battisti a été arrêté à Rio de Janeiro en 2007 et incarcéré peu après dans une prison de haute sécurité près de Brasilia dans l’attente d’une décision sur son extradition.

AFP_______________________

 

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires