Brésil : l’armée encercle le Parlement de Bahia occupé par des policiers...

Brésil : l’armée encercle le Parlement de Bahia occupé par des policiers grévistes

159
0
PARTAGER

Avec notre envoyé spécial à Salvador de Bahia, François Cardona

Impossible de sortir du Parlement ou d’y entrer. Lourdement armés, des centaines de soldats encerclent le bâtiment. Depuis les fenêtres, les grévistes, armés eux aussi, observent les alentours à la jumelle. La tension est palpable. Mais pour le lieutenant-colonel Marcio Cunha, le porte-parole de l’armée, pas question pour le moment de donner l’assaut : « Nous avons dû isoler tous les accès pour garantir que les négociations puissent avoir lieu dans un climat de paix et d’harmonie ».

Mais devant le Parlement, se sont rassemblés plusieurs centaines de parents et de proches des grévistes. « La police militaire unie ne sera jamais vaincue » scandent les manifestants, qui soutiennent la principale revendication des grévistes : 50% d’augmentation de salaire, revendication inacceptable pour les autorités. Crispiniano, le frère d’un soldat gréviste veut y croire :

« Si nos revendications, l’amélioration de nos conditions de travail, la qualité de vie, l’emploi, la santé, si elles sont acceptées, alors on s’en ira. Mais tant que ce ne sera pas le cas, nous resterons jusqu’à notre dernière goutte de sueur ».

Sauf que sans policiers pour la surveiller, la ville de Salvador est devenue chaotique. Elle est durement frappée par une vague de pillages, de braquages à main armée et de meurtres. Pour assurer le maintien de l’ordre, plusieurs centaines de soldats armés patrouillent dans les rues de la ville.

 

rfi.fr_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires