PARTAGER
L’on ne verra plus journalistes, politiques de tous bords et simples citoyens se bousculer pour approcher et avoir les confidences de l’ancien leader du parti islamique, Abdelilah Benkirane. Ancien , car depuis hier,l’ancien chef hyper médiatisé du gouvernement, n’est plus à la tête de sa formation après avoir perdu toute chance d’y rester. « Seul Dieu a maintenant entre ses mains mon avenir politique, je ne suis ni abattu ni aigri » seront les derniers mots de celui qui galvanisait les foules et faisait l’actualité politique jusqu’à il y a peu, mais qui , mauvais joueur, a quitté cette fois-ci le congrès, la tête basse et résigné, après avoir perdu sa dernière bataille pour rester sous les projecteurs et surtout redevenir chef du gouvernement.
Celui qui quitte définitivement la scène politique après l’avoir marquée des années durant, aura vu son rôle diminuer depuis son éviction du gouvernement et depuis qu’il s’est opposé à une partie de son état-major qui a apporté tout son soutien , malgré les mises en garde Benkirane, à son successeur, Saad Eddine El Othmani. Ce dernier a toute les chances de réussir un doublé en prenant sa place comme numéro 1 du PJD après celle de chef de l’exécutif.
La page Abdelilah Benkirane est donc définitivement tournée au sein de ce parti pour ouvrir celle d’El Othmani.

Commentaires