BYE BYE OUZZINE

BYE BYE OUZZINE

485
0
PARTAGER

Ce complexe avait été refait à neuf pour une enveloppe de l’ordre de 24 milliards de centimes dont une partie réservée à cette même pelouse qui a fat la risée de tout le pays sur les chaînes du monde entier. Ses responsabilités pointées du doigt dès le début de l’affaire, le ministre s’était vu, toujours sur ordre royal, de continuer à superviser le déroulement de cette coupe du monde en même temps que le déclenchement de l’enquête, sans pour autant être privé de poursuivre ses autres activités ministérielles, ce qu’il a fait jusqu’à aujourd’hui.

 

Il s’agit d’une grande première depuis l’avènement du règne du Roi Mohammed VI qui a suivi de très près les développements de cette affaire en exigeant que les responsabilités soient clairement déterminées et tous les angles cernés. Il est clair que le ministre a fauté gravement dans ce scandale, qu’il doit désormais en assumer les conséquences.

L’autre enseignement de cette affaire est qu’elle intervient sous un gouvernement dirigé par les islamistes du PJ qui avait fait de la bonne gouvernance une de ses grandes priorités parmi ses promesses électorales avant son arrivée à sa tête.

La fin de cet épisode qui a tenu en haleine une opinion publique très remontée qui n’a cessé, depuis le début et sans se soucier de la présomption d’innocence, de réclamer sa tête en le tenant pour unique responsable de cette affaire.

A rappeler que ce dernier avait tenté de faire porter le chapeau au secrétaire général du ministère et du directeur des sports ainsi que celui du stade en leur ordonnant de ne plus mettre les pieds dans leurs bureaux. De même qu’il faut se souvenir que ce ministre, qui doit son ascension à sa belle-mère, une femme influente au sein de son parti, le Mouvement Populaire, elle qui ne peut plus rien pour lui à présent, est cité dans au moins trois autres scandales de dilapidation de deniers publics et de mauvaise gestion, dont le dernier vient d’être révélé dans une curieuse coïncidence le jour même de l’annonce de son éviction. Ce mauvais feuilleton n’a pas fort heureusement trop duré.

Par Jalil Nouri

Actu-maroc.com

Commentaires