Kiosque de Menara: La Famille Royale dîne à la Place Jemaâ El...

Kiosque de Menara: La Famille Royale dîne à la Place Jemaâ El Fna

358
0
PARTAGER

L’information a été donné par le quotidien arabophone « Al Ahdath al Maghribia » dans son édition du mardi, citant que Ses Altesses Royaux ont pris leur dîners sur place, dans l’un des restaurants populaires dans l’absence des services de sécurité et des garde-corps. Par la suite, SAR la Princesse Lalla Selma a accompagné les jeunes princes pour voir les spéctacles dont regorge la place Djemâa El Fna, notamment la Halqa et les spectacles de danse des serpents.

La famille royale, qui se promenait librement dans les coins de l’historique place de Marrakech, a ensuite quitter les lieux au milieu des applaudissements des personnes présentes sur place, ravis par ce geste de modestie.

Le quotidien Assabah traite dans son édition du mardi le dossier des législatives de 201, citant que le Juge d’instruction près la Cour d’appel de Tanger a entamé l’examen des premiers dossiers de fraude électorale ayant entaché les dernières élections législatives. Dans ce cadre, plusieurs candidats têtes de listes lors de ce scrutin dans la circonscription de Tanger-Tétouan vont être auditionnés dans le cadre de 25 dossiers de fraude électorale.

Le quotidien nous indique également qu’un membre du Conseil supérieur de la Magistrature a attisé la colère du ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid. Ce dernier a qualifié le contenu de l’intervention de Abdeslam Imani, lors du Forum régional du dialogue national sur la réforme de la justice à Agadir, de « violation » de l’accord préalable conclu entre les deux hommes sur la teneur de cette allocution dans laquelle le magistrat a évoqué la question de l’indépendance du Parquet général. Réagissant aux propos du ministre, Imani a indiqué que son intervention à Agadir a été faite en sa qualité d’acteur des droits de l’Homme.

Dans un autre sujet, « Akhbar Al Yaoum Al Maghribia » nous informe qu’un dimanche « noir » rouvre les plaies du samedi noir de l’été 2008 à Sidi Ifni. La ville a été, dimanche, le théâtre de heurts et de violents affrontements qui ont duré sept heures, entre de jeunes protestataires et les forces de l’ordre, faisant des dizaines de blessés parmi les deux camps.

De sa part, le quotidien « Al Khabar » souligne qu’un nouveau épisode dans le bras de fer à peine voilé entre Mohand Laenser et le PJD: Le ministère de l’Intérieur interdit une caravane de solidarité organisée par la jeunesse PJDiste à Azilal. Le département de Laenser a interdit, dimanche, une caravane de solidarité de la jeunesse PJD à Azilal, qui devait distribuer des vêtements et des couvertures aux habitants de la région touchés par la vague de froid.

Un nouveau scandale concernant cette fois le MEN a été dévoilé par « Al Massae ». Selon le quotidien, le ministère de l’Education Nationale « falsifie » des documents officiels et dépense 10 milliards de centimes pour le recrutement de diplômés chômeurs. Selon ces documents, le ministère a embauché plus de 2.158 diplômés chômeurs dans le cadre du programme de recrutement direct sous l’ère du gouvernement El Fassi et a dépensé 10 milliards de centimes pour payer les salaires de ces enseignants sans qu’ils aient rejoint leurs postes de travail. Ces documents révèlent aussi que le ministère a délibérément falsifié les dates pour faire croire que les enseignants ont rejoint leurs établissements scolaires au mois de mars, alors qu’ils n’ont réellement commencé leur travail qu’en septembre.

Le quotidien cite également que certaines banques islamiques ont revenu sur leur décision d’investir au Maroc et accusé des parties « influentes » de les combattre. Des sources bien renseignées ont fait savoir que certaines banques islamiques examinent la possibilité de retirer leurs candidatures après avoir découvert que certaines parties « influentes » veulent avorter l’expérience des banques islamiques dans le Royaume. Selon ces mêmes sources, au moins deux banques ont décidé de retirer leurs candidatures.

Dans un autre sujet, le qotidien précise que l’institution militaire mobilise ses services pour déterminer l’identité du soldat marocain qui a rallié les rangs des combattants au Mali. Des données ont indiqué que les services de renseignement militaires enquêtent sur l’identité de ce soldat et les raisons qui l’ont poussé à déserter l’armée, la manière avec laquelle il a quitté le territoire marocain pour rejoindre les camps du mouvement « Attawhid Wal Jihad » au Mali, indiquant qu’il s’agirait du soldat Abdelfettah Bouhaffas dont le nom est en rapport avec la cellule démantelée auparavant par la BNPJ.

Et terminant notre tournée avec le quotidien Assahrae Al Maghribia qui annonce l’organisation d’une grève nationale dans les hôpitaux les 16 et 17 janvier à l’appel de la Fédération nationale de la santé. La grève, qui exclut les services d’urgence et de réanimation, sera ponctuée d’un sit-in des responsables syndicaux le 16 janvier dans la matinée devant le siège du ministère à Rabat.

 

actu-maroc.com _______________

Commentaires