Camps de Tindouf : Le calvaire des séquestrés dénoncé à Lyon

Camps de Tindouf : Le calvaire des séquestrés dénoncé à Lyon

419
0
PARTAGER

«Des milliers de familles confinées dans ces camps sont privées de leurs droits les plus élémentaires, en violation flagrante des droits de l’Homme et du droit humanitaire international», ont souligné les deux ONG sahraouies le week-end à Oullins, dans la banlieue de Lyon (centre de la France).

Intervenant lors d’un débat ayant suivi la projection d’un film de propagande pro-polisario, les deux ONG ont, également, alerté la Communauté internationale sur le déni du droit à la libre expression dont sont victimes les militants sahraouis dans les camps.

Prenant la parole lors des débats qui ont suivi la projection, les militants des deux ONG ont réussi, à travers leurs questions et leurs interventions, à éclairer l’assistance sur l’histoire et la nature du conflit artificiel autour du Sahara marocain et à ébranler les thèses du réalisateur de ce film, le Pierre Yves van Derween.

Ali Jeddou, coordinateur du Mouvement international pour la parachèvement de l’intégrité territoriale du Maroc, a attiré l’attention sur l’enrichissement «flagrant» des dirigeants du polisario qui passe par le détournent des aides humanitaires en nature destinées aux populations des camps et leur écoulement sur les marchés noirs des pays de la région.

Il en a avancé comme preuves les biens mal-acquis et les résidences luxueuses dont disposent les responsables du polisario en Espagne et aux îles Canaries.

Jeddou a souligné que le polisario est un «front terroriste» et non pas un «front de libération» comme il le prétend, mettant l’accent sur l’implication de ses mercenaires aux côtés du régime déchu de Mouammar Kadhafi dans la guerre contre le peuple libyen.

Il a, également, évoqué l’implication du polisario dans le trafic de drogue et les prises d’otages aux côtés de l’organisation terroriste Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) comme le prouve, selon lui, l’enlèvement à Tindouf de trois européens, en octobre dernier.

De son côté, le militant sahraoui Driss El Atri a cité le calvaire de Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, l’ancien responsable de la police du polisario, kidnappé et emprisonné par les séparatistes avant d’être expulsé vers la Mauritanie pour le «le seul tort d’avoir crié haut et fort son soutien à l’initiative d’autonomie proposée par le Maroc pour régler définitivement la question du Sahara».

Les deux ONG ont, également, évoqué le cas de l’artiste Najem Allal qui a exprimé des opinions «contrariant la ligne despotique des séparatistes du polisario».

Ce dernier avait observé, avec dix autres personnes dont le fils aîné de Mustapha Salma, un sit-in devant le Haut commissariat aux Refugiés (HCR) à Rabouni pour demander la protection de ce dernier suite aux menaces qu’ils subissent auprès des dirigeants du Polisario, précisent les deux associations dans un communiqué distribué à l’assistance.

Toutefois, ajoutent-elles, le 16 septembre dernier, «leur tente a été brûlée sous les regards du HCR, qui leur a conseillé d’aller voir le Croissant-Rouge du polisario pour satisfaire leurs demandes… !».

A l’issue de ces éclaircissements, le réalisateur et sa collaboratrice Alice Corbet ont tenté une fuite en avant en relayant la version du polisario sur le démantèlement de Gdeim Izik.

Mais Ali Jeddou, qui a affirmé avoir vécu cet épisode sur place, a précisé que ces incidents donnent «l’image d’un Maroc de la liberté où des jeunes ont manifesté pacifiquement pour revendiquer leurs droits sociaux et à l’emploi».

«Cependant, a-t-il ajouté, cette manifestation avait été instrumentalisée par des milieux hostiles à l’intégrité territoriale et à la stabilité du Maroc, les mêmes qui sont derrière la production et la projection de ce film».

En fin de compte, «ce sont des agents des forces de l’ordre qui ont été victimes de ces incidents, tués à sang froid en plein exercice de leur devoir», a-t-il déploré.

 

 

MAP_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires