Cancer : 35.000 nouveaux cas par an au Maroc

Cancer : 35.000 nouveaux cas par an au Maroc

368
0
PARTAGER

La prévalence de cette pathologie au niveau du Grand Casablanca et de Rabat a atteint la cote d’alerte. Cette situation préoccupe eu égard aux efforts déployés par les autorités sanitaires, les ONGs et les associations en matière de sensibilisation au diagnostic précoce et de prise en charge.

Le cancer du poumon est la première cause de mortalité chez l’homme avec un pourcentage de 23%, favorisé notamment par le tabagisme et le tabagisme passif. Il est suivi du cancer de la prostate avec un pourcentage de 10%. Alors que chez la femme, le premier cancer est celui du sein avec un pourcentage de 38%, suivi du cancer du col de l’utérus avec un pourcentage de 13%, indique Dr. Belkhal.

Favorisé par des facteurs de risque en relation avec le rythme de vie mouvementé et de plus en plus stressant, la prolifération du cancer est due en premier lieu au tabagisme, au tabagisme passif, à l’obésité, l’alcool, la sédentarité, la consommation de certains types d’alimentation, l’exposition aux ultras violets (cancer de la peau). D’autres types de cancer, comme le cancer du sein chez la femme, sont liés à des facteurs génétiques et se manifestent généralement à l’âge de 40 à 50 ans.

Le diagnostic précoce et la communication : la panacée

Le Maroc a réalisé de grands pas en matière de lutte contre le cancer, durant la dernière décennie. De la sensibilisation aux facteurs de risque, à l’incitation au diagnostic précoce, jusqu’à la prise en charge de la pathologie, la lutte contre le cancer est devenue un chantier sanitaire en plein ébullition.

Un chantier porté  par l’Association Lalla Salma de Lutte contre le Cancer, depuis sa création en 2005, a fait de la lutte anti-cancer une priorité de santé publique.

Dans ce sens, l’association, en étroite collaboration avec les autorités sanitaires marocaine a lancé, le 24 mars 2010, le Plan national de prévention et de contrôle du cancer (PNPCC). Ce plan qui s’étale sur dix ans (2010-2019), vise à réduire la morbidité et la mortalité imputables au cancer et améliorer la qualité de vie des patients et de leurs proches.

« Le plan porte sur plusieurs composantes : la prévention, le dépistage, la prise en charge et les soins palliatifs. Le tout est accompagné par une stratégie de communication, de mobilisation sociale, de législation et de réglementation », indique Dr. Belkhal.

En matière de prévention, la lutte anti-tabac, premier facteur de risque du cancer de poumon, est le fer de lance de cette stratégie. « Une stratégie de nutrition et d’autres actions de lutte contre les facteurs de risque du cancer sont également en cours de déploiement », affirme la responsable.

En ce qui concerne la prise en charge de cette pathologie, de avancées notables ont été enregistrées. « Les centres de prise en charge sont passés de deux (à Casablanca et Rabat) à 7 centres fonctionnels actuellement à Casablanca, Oujda, Fès, Hoceima, Agadir, Marrakech et un huitième centre va ouvrir ses portes très prochainement au niveau de la ville de Meknès », annonce Dr. Belkhal.

A l’occasion de la journée mondiale contre le cancer, célébrée le 4 février de chaque année, un centre pour le traitement des cancers, a été inauguré la semaine dernière par SM le Roi Mohammed VI accompagné de la Princesse Lalla Salma, au centre hospitalier universitaire Ibn Rochd de Casablanca. Un autre centre de prise en charge du cancer chez l’enfant baptisé « la Maison de Vie pour enfants » a été inauguré vendredi dernier à Casablanca par la Princesse Lalla Salma, accompagnée de la Princesse Lalla Khadija.

 

 

Actu-maroc.com ____________________________

Commentaires