Cancers du sein et de l’utérus : Problème complexe chez les femmes

Cancers du sein et de l’utérus : Problème complexe chez les femmes

330
0
PARTAGER

Les cancers du sein et de l’utérus constituent un problème complexe chez les femmes en âge de procréation à l’échelle africaine et ce, compte tenu des difficultés rencontrées en matière de prise en charge et de traitement, a souligné vendredi à Marrakech, le professeur Namory Keita, chef de service de gynécologie au CHU de Conakry (Guinée).

«La plupart des pays africains sont confrontés à des difficultés énormes en matière de prise en charge des patients souffrants de pathologies cancéreuses, sachant que la plupart des cancers sont découverts à un stade avancé, ce qui rend le traitement encore plus difficile et moins efficace», a-t-il déploré.

Dans une déclaration à la MAP en marge des travaux d’une conférence internationale sur le contrôle du cancer au Moyen-Orient et en Afrique, initiée par l’Association Lalla Salma de lutte contre le cancer (ALSC), le professeur Keita a pointé du doigt le manque en cadres médicaux et en spécialistes en oncologie et en microchirurgie, ainsi que le déficit en matière de techniques de radiologie.

«L’Afrique est appelé plus que jamais à relever un énorme défi, à savoir celui d’acquérir les équipements médicaux nécessaires au bon déroulement des différentes opérations chirurgicales», a-t-il estimé.

Avec la prévalence de cette maladie qui affecte, chaque année, quelque 500 mille femmes dans les pays africains, le besoin en ressources humaines et en cadres qualifiés devient de plus en plus pressant, a fait remarquer le professeur Keita, soulignant l’impératif pour le Continent d’agir afin de concevoir une stratégie en matière de vaccination contre le cancer comme moyen efficient de lutte contre ce fléau.

Il a, également, mis en avant l’importance du dépistage précoce ainsi que de la sensibilisation au sein des populations vulnérables, se disant en faveur de la fédération des efforts de tous à l’échelle africaine, notamment, les pays acteurs concernés, les décideurs politiques et la société civile.

«Nous sommes au moins chanceux car, il existe un vaccin, qui malgré son prix excessif, reste une solution efficiente pour réduire le taux de mortalité «, a-t-il assuré, appelant à la nécessité d’adopter une politique efficiente dans ce domaine à même de permettre de lutter efficacement contre cette maladie pernicieuse.

Le professeur Keita a, par ailleurs, mis en avant le grand travail accompli par l’ALSC à l’échelle africaine, rappelant que le Maroc, qui a mis en place une stratégie homogène pour lutter contre le cancer, se veut un pays leader dans ce domaine à l’échelle du Continent.

Placée sous la présidence de SAR Lalla Salma, cette conférence internationale connaît la participation des premières Dames de plusieurs pays d’Afrique et du Moyen-Orient ainsi que des experts, des spécialistes et des représentants d’organismes et ONG œuvrant dans ce domaine.

Ce conclave (12 au 14 janvier) vise notamment à jeter la lumière sur la prévention du cancer du col de l’utérus dans la région, exposer les modèles des programmes réussis de vaccination et de détection et à présenter le rôle des organismes internationaux et des ONG œuvrant dans ce domaine.

MAP ________________________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires