Cannabis malhonnête.

Cannabis malhonnête.

237
0
PARTAGER

Wald el hraaam » (maudit soit il !) Ce n’est pas au chauffeur à qui je m’adresse, mais à cet objet  traître que j’avais à la bouche, cette première « Grifla » (cigarette qu’on bourre de Kif) qu’un ami addicte m’avait offerte la veille et que j’avais gardée dans la poche de ma veste pour la fumer juste avant de rater mon bus matinal et unique de la journée.

 

Cette cigarette, la première et la dernière heureusement,  m’avait mise dans une situation de je
m’enfoutiste, haussant les épaules au chauffeur qui faisait de son mieux pour diminuer  la vitesse de son
véhicule voulant me prendre à bord de son véhicule avant de prendre la décision  de lâcher les freins
sous ma stupéfaction totale.

La cigarette venait à sa moitié quand le bus atteint le pied de la pente puis  il commençait à rouler
aisément et à reprendre de la vitesse. Je suivais la ‘trambia’  d’un regard attentif et étonné et je me
retournais  vers « la grifla : bent el hraam » qui était la cause de ce drame, car une commission qui
allait me faire passer mon C.A.P pouvait venir à n’importe quelle  journée  et  tout l’avenir de ma
carrière dépendait de ma présence à cette épreuve.

Que faire alors devant cette évidence ?
Le premier réflexe était de jeter la maudite et d’attendre  un miracle : (uneMouajiza).
C’en était bien une quand un taxi de tourisme s’arrêta devant moi me faisant signe de monter. C’était un grand taxi noir à cette époque qui faisait la ligne de l’aéroport dont le taximan était  habillé en
gentleman.

L’école était à mi chemin de l’aéroport.
Quand je demandais au chauffeur de s’arrêter pour rejoindre mon poste de travail ; il me dit d’un ton
déçu et dédaigneux : hum !!! Mouallim?!!! (Instituteur ?!!!).
Vu mon costume  noir et  ma posture sportive, le taximan avait cru faire monter à bord de sa voiture de luxe  un gendarme ou un policier prêtant cette voie.

Souvent je raconte cette anecdote à mes enfants pour les mettre en garde de ce maudit traître de ‘Kif’.
Je le compare souvent  à l’alcool qui, lui, à mon avis, est moins malhonnête que le kif.
L’alcool est sincère : il met son consommateur en situation de transparence, il le bouscule, le fait
dérailler, parfois il le fait tomber, il est présent, il est là, il est fort, il est en  quelque sorte chevaleresque.
Tandis que le kif, lui,  il trompe son consommateur :
d’où l’anecdote célèbre d’un addicte qui cherchait un kif extra ; un ami lui indiqua un jour un  bon vendeur de qui  il se pressa d’en acheter une ou deux boules de ‘maajoun’ : hachich. Il va au hammam et il se rend compte que la marchandise n’avait pas fait son action; frustré, il rejoint tout de suite le vendeur en lui contestant la mauvaise marchandise. Le marchand le calma et l’invita à prendre place à côté de lui. Les acheteurs doublaient  de nombre et le vendeur réplique à chacun d’eux : voici le modèle en indiquant son hôte sorti du hammam tout nu.

Quant à moi, mon expérience me fait revenir à l’esprit une anecdote sur la réplique intelligente de l’âne à qui on a demandé quel était le pire pour lui : de monter une côte ou de descendre une pente? ;  sa
réponse était : ‘’maudites soient les deux ‘’!!!
Je dis réponse intelligente, car pour nous, en général,  on pourrait penser  que la côte est plus dure que la pente, or la descente est aussi douloureuse que la montée et peut être,  parfois, pire.

Je me réfère ici à ma pente qui allait me faire chavirer.
Alors, pour toute précaution, faîtes bien attention quand vous prenez une pente!Surtout  pour les conducteurs dans les premières pluies glissantes.

Mekki Asri_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires