PARTAGER

Le gendarme de l’audiovisuel, le CSCA, Le conseil supérieur de la
communication audiovisuelle vient de rendre son verdict dans l’affaire
de l’émission matinale dédiée aux femmes sur 2 M, « Sabahiates » au
cours de laquelle l’animatrice de la séquence « beauté » avait cru bien
faire en donnant des conseils de maquillage aux femmes victimes de
violence de la part de leurs maris. la séquence avait été jugée
dégradante pour les femmes et comme un encouragement à leur
maltraitance.

Diffusée au mois de novembre, l’émission avait causé un
tollé au sein des mouvements féministes et  aux associations de
défense des femmes battues en poussant certaines d’entre elles à
engager des actions en justice contre la deuxième chaîne.Pendant
plusieurs jours, l’opinion publique s’est lâchée sur les réseaux
sociaux pour condamner avec des mots virulents, l’irresponsabilité du
responsable de l’émission et ceux des programmes pour une telle bévue
portant atteinte à l’image de la femme. Le plus choquant dans cette
séquence est qu’une animatrice s’était portée volontaire pour jouer le
rôle d’une femme battue avec des traces sur son visage, et une autre
s’attachant à montrer les meilleurs manières de procéder au camouflage
des traces de coups.

La chaîne 2 M vient de se voir notifier un sévère avertissement
,synonyme d’un dernier rappel pour de tels dépassements. Elle avait
déjà présenté ses excuses à l’antenne et licencié le responsable du
programme. Cette fois-ci, elle devra faire lire très bientôt à
l’antenne, le texte intégral de l’avertissement qu’elle vient de
recevoir.

Commentaires