Casablanca: Remise des prix aux meilleurs micro-entrepreneurs de 2010

Casablanca: Remise des prix aux meilleurs micro-entrepreneurs de 2010

315
0
PARTAGER

Dans la catégorie  »Meilleurs projet ettihadi (DéFI) » le 1èr prix a été décerné à Mohamed Aït Bahammou de Ouarzazate, fabricant de brique, alors que le 2ème a été décerné à Hassania Errouihi de Fès, pour la fabrication de zelliges et carrelages de décoration.

Dans la catégorie  »Meilleur(e) Micro entrepreneur(e) de moins de 25 ans » le 1èr prix a été attribué à Salha El Boucchtaoui de Kenitra, styliste modéliste et le 2ème a été attribué à Brahim Aït Aalla de Biugra, Région d’Agadir, artisan et commerçant de babouches berbères.

Le prix récompensant la catégorie  »Meilleurs projet innovant » a été décerné en première classe à Driss Nahli d’Erdoud, tailleurs de pierre et en second classe à Youssef Meskira de Kenitra, menuisier et graveur sur bois.

En ce qui concerne la catégorie  »Meilleure performance » le 1er prix a été attribué à Driss El Maimouny de Martil, gérant d’un snack-restaurant et le 2-ème a été revenu à Mohamed Marssou de Tanger, tailleur et couturier.

Dans la catégorie  » Meilleurs projets de développement durable et de protection de l’environnement » le 1er prix a été attribué à El Houceine Boulkil de Ouarzazate, gérant d’un gîte rurale et le 2ème prix a été décerné à Aïcha Chiki d’Errachidia, commerçante des produits à base de dattes et de plantes médicales.

Pour la catégorie  »Meilleure microentrepreneure » le 1er prix a été attribué à Saïda Jridi de Fès, styliste et modéliste et le 2ème prix pour Latifa Jawhar d’Agadir styliste et modéliste.

Dans une allocution à cette occasion Mme Nouzha Skalli, ministre du Développement de la Famille et de la Solidarité a indiqué que les expériences de ces personnes et bien d’autre, à travers tous le royaume, ont été rendues possible grâce à l’effort déployé par les acteurs de la micro-finance qui se sont investis, depuis presque deux décennies, dans la promotion de l’auto-emploi, notamment chez les femmes et les jeunes, permettant ainsi de réduire la pauvreté, l’exclusion et la précarité liée au revenu.

Mme Skalli a également souligné que cette cérémonie et ces lauréats rendent notre conviction plus forte et plus ferme quant au rôle promoteur que le secteur de la micro-finance est amené à jouer pour que le Maroc puisse relever le défi du développement économique et social.

Elle a, dans ce sens, précisé que le succès de la micro-finance prouve que la pauvreté n’est pas une fatalité, relevant que la lutte contre la pauvreté nécessite de renforcer les capacités des personnes concernés et par conséquent développer leur confiance en soi loin de tout attentisme, car le changement ne peut survenir qu’avec l’engagement des acteurs et actrices eux même.

Mme Nouzha SKalli a rappelé que cette lutte se doit d’être fondée sur une démarche de partenariat et de mutualisation des efforts collectifs, entre tous les acteurs, à savoir l’Etat, société civile, secteur privé et citoyens, car c’est en combinant les logiques et solidarité et de responsabilisation que l’on humanise la société.

De sa part, M. Bruno Joubert, ambassadeur de France au Maroc à souligné que cet événement est important car la micro-finance est un outil qui permet d’assurer le développement social et la lutte contre la pauvreté en offrant des catégories d’entreprises, qui n’ont pas un accès au système bancaire et la possibilité normal de financer des initiatives de développement d’entreprises.

Il a également indiqué que la France est  »soucieuse d’appuyer le Maroc dans ses efforts de développement, apportant aussi son aide au secteur de la micro-finance en consacrant un peu près 400 millions de dirhams pour les associations financières marocaines, qui elles même accordent des crédits de micro-finance.

Ce prix, lancé depuis 2006, vise notamment à récompenser les douze micro-entrepreneurs exemplaires pour l’impact positif de leur activité sur leur famille et leur communauté, mettre en avant les expériences réussies en microfinance et aussi à fédérer les professionnels de la microfinance autour d’un événement permettant de valoriser le travail effectué sur le terrain.

Cette édition 2010 a été aussi marquée par l’introduction du Prix de la Meilleure Microentrepreneure de l’année décerné à une femme d’exception et au parcours exemplaire.

Les douze finalistes se verront remettre un chèque d’environ 20.000 dirhams pour les premiers prix et 15.000 DH pour les seconds prix.

 

Commentaires