PARTAGER

Le refus de manger

La faim et l’appétit des enfants changent d’une journée à l’autre, et même d’un repas à l’autre. Les quantités d’aliments qu’ils mangent varient donc inévitablement. Les enfants connaissent instinctivement quelle quantité de nourriture ils doivent manger en fonction de leurs besoins, car ils respectent naturellement leurs signaux de faim et de satiété. Autrement dit, ils acceptent de manger quand leur corps leur fait savoir qu’il en a besoin et ils cessent quand leur corps leur dit qu’il en a assez.

Cela dit, l’attitude des enfants à table peut constituer un problème. En effet, vers l’âge de 2 ans, les enfants ressentent souvent le besoin d’affirmer leur autonomie en refusant de manger. Ils rejettent alors des aliments appartenant à des groupes alimentaires spécifiques, ou refusent complètement de manger aux repas et voudraient s’empiffrer de collations ou d’aliments de faible valeur nutritionnelle entre les repas. Toutes ces tactiques ont un seul et même but : obtenir l’attention des parents et des faveurs de leur part.

Avez-vous établi un horaire des repas et des collations?

Votre enfant a besoin d’une routine en ce qui a trait aux heures des repas et des collations. Offrez-lui ses repas et ses collations selon un horaire régulier afin de le sécuriser et de favoriser son appétit.

Non aux demandes spéciales

Évitez de préparer un repas spécial pour votre enfant en souhaitant ainsi qu’il mange. Cette attention particulière l’encouragera dans son attitude. De même, tenez-vous en à l’horaire prévu des collations et des repas. Évitez de lui servir un repas spécial ou une collation dans un bref délai après le repas s’il le demande. Au repas, expliquez-lui qu’il peut refuser de manger, mais que la prochaine occasion sera la collation, pas avant.

Les collations sont-elles problématiques?

De nombreux enfants préfèrent – ou sont capables de manger – seulement de petites portions d’aliments à la fois. Peut-être est-ce le cas de votre enfant. Ses besoins sont grands, mais son estomac est petit et se remplit vite. C’est pourquoi les collations peuvent s’avérer tout aussi importantes que les repas afin de combler ses besoins nutritionnels. On ne souhaite toutefois pas que les collations nuisent aux repas. Si elles sont données trop tard en avant-midi ou en après-midi, elles peuvent diminuer l’appétit de votre enfant lors du repas suivant. Servez-lui alors des collations nutritives au moins 2 heures avant ou après les repas. Ne laissez pas votre enfant grignoter à longueur de journée.

Donnez-vous trop à boire à votre enfant?

De nombreux enfants avalent de très grandes quantités de lait ou de jus de fruits. Consommés en quantités excessives, ces liquides peuvent diminuer l’appétit de votre enfant puisqu’ils occupent un espace dans son estomac et qu’ils contiennent des calories. Limitez l’apport en jus de fruits de votre enfant à un maximum de 125 ml (1/2 tasse) par jour. Limitez aussi son apport en lait à 750 ml (environ 3 tasses) par jour. Il doit en boire au moins 500 ml. Vous pourriez décider de cesser de lui en donner une fois cette quantité atteinte. Offrez-lui du lait au repas et aux collations, une fois qu’il a commencé à manger. Entre les repas et les collations, offrez-lui plutôt de l’eau.

Servez-vous les bonnes quantités à votre enfant?

Ce n’est pas la quantité, mais la qualité des aliments que l’enfant mange qui influence davantage sa santé et sa croissance. Servez de petites portions à votre enfant afin de ne pas le décourager. Utilisez la règle de la main : la taille de son poing en légumes et féculents, et la taille de la paume de sa main en viande ou substituts. Vous pouvez aussi le laisser se servir lui-même ou lui demander de vous guider pour les quantités à mettre dans son assiette.

Laissez-le décider de la quantité d’aliments qu’il désire manger. Retirez-lui son assiette de 20 à 30 minutes après le début du repas sans émettre aucun commentaire désapprobateur (verbal ou non verbal), peu importe la quantité d’aliments consommés. N’insistez pas pour que votre enfant vide son assiette, ni pour qu’il mange « 2 ou 3 bouchées de plus ». Plus vous le forcerez, plus il résistera.

Servez-vous les aliments appropriés à votre enfant?

Comme mentionné précédemment, la qualité des aliments offerts à votre enfant est d’une très grande importance. Offrez-lui un éventail d’aliments appartenant aux 4 groupes du Guide alimentaire canadien. Présentez ces derniers sous un jour favorable. Donnez l’exemple en mangeant vous-même une variété d’aliments, et démontrez que vous les appréciez. De plus, évitez de qualifier les aliments de « bons » ou de « mauvais ». Votre petit sera toujours davantage attiré par les aliments dits « mauvais » ou « interdits ».

N’oubliez pas que donner l’exemple vaut bien des discours. Mangez une variété d’aliments sains afin que votre enfant vous imite. Soyez enthousiaste, c’est encore plus efficace!

À son âge, votre enfant a probablement plusieurs aversions alimentaires. Offrez-lui régulièrement de petites portions des aliments qu’il n’apprécie guère afin de lui permettre de se familiariser avec ceux-ci et de développer, avec le temps, de nouveaux goûts. Il apprend à les connaître en les regardant, les touchant et les sentant. Ne le forcez pas à goûter. Préparez ces aliments séparément. Offrez-les-lui dans un plat à part sur la table et laissez-le décider s’il désire en manger ou non. Vous pouvez aussi essayer de servir ces mêmes aliments de manière nouvelle et créative afin de les rendre plus attrayants. Ou invitez-le à cuisiner avec vous; son intérêt envers ces aliments augmentera.

La dextérité de votre enfant n’est pas encore totalement développée. Offrez-lui donc des aliments faciles à manipuler pour ses capacités. Ne soyez pas trop exigeant envers lui pour ce qui est de l’utilisation des ustensiles, de la propreté et des manières à table.

Prend-il ses repas dans un environnement favorable?

À son âge, votre enfant a une grande imagination et il est facilement distrait. Il est donc primordial de limiter les distractions potentielles pendant les repas. Interdisez que les repas se déroulent devant la télévision ou en écoutant la radio. Ne permettez pas non plus à votre enfant d’apporter des jeux, des jouets ou des livres à la table.

Prend-il ses repas dans une atmosphère sereine?

Le repas devrait être un moment agréable au cours duquel votre enfant mange, discute et échange avec les autres membres de sa famille. Incluez votre enfant dans la conversation en abordant des sujets qui l’intéressent. Évitez de revenir sur un mauvais comportement de la journée ou d’évoquer des sujets délicats tels que son faible appétit ou ses caprices alimentaires.

Votre attitude influence grandement l’atmosphère au cours des repas. Si votre enfant perçoit votre frustration ou votre exaspération devant son manque d’appétit, il peut ressentir une certaine angoisse. Le repas risque alors de devenir synonyme de moments tendus et désagréables pour votre enfant. Adoptez une attitude plus positive et plus souple. Félicitez-le lorsqu’il démontre un progrès, quel qu’il soit.

Votre enfant est-il disposé à manger?

Lorsqu’il est fatigué, votre enfant mange moins. Veillez à ce qu’il ait suffisamment d’heures de sommeil. Augmentez-les en devançant son heure de coucher ou en planifiant une période d’au moins 1 heure de sieste durant sa journée. En étant plus reposé, votre enfant mangera davantage que lorsqu’il est épuisé.

N’oubliez pas qu’à son âge la croissance de votre enfant est très irrégulière. Ses poussées et ralentissements de croissance ainsi que son niveau d’activité inconstant font en sorte que votre enfant a une faim variable. Si la croissance de votre enfant est harmonieuse, qu’il mange des aliments nutritifs quotidiennement et qu’il est en pleine forme, il est inutile de vous inquiéter.
Souvenez-vous que votre enfant recherche d’abord et avant tout votre attention. Donnez-lui énormément d’attention en dehors des périodes des repas. Ignorez ses petits caprices. Avec un peu de persévérance, vous éliminerez ce comportement.

Commentaires