Célébration à Khénifra de la nouvelle très courte

Célébration à Khénifra de la nouvelle très courte

203
0
PARTAGER

.Par Mohamed Koursi -.

Cette initiative, qui a suscité un écho favorable auprès des différents acteurs concernés par la chose culturelle locale, traduit la conscience des organisateurs que la promotion de l’activité culturelle constitue le prélude du développement local.

L’organisation de cette manifestation (8-10 avril) témoigne également du souci des organisateurs et leurs partenaires de donner une nouvelle impulsion à l’activité culturelle dans cette région connue pour son histoire et ses potentialités littéraires et artistiques et ce en vue d’accompagner la dynamique que connaît la ville de Khénifra, dont le renforcement de l’infrastructure culturelle n’est pas en reste, à la faveur du programme de mise à niveau lancé par SM le Roi Mohammed VI.

D’autre part, le choix du thème de cette première édition à savoir « La nouvelle très courte de l’élaboration à la mise en genre » vise à consacrer l’identité de la nouvelle très courte en tant que genre littéraire et type de narration, qui vient compléter et non pas se substituer à d’autres genres littéraires.

.+ Un acquis à consolider +.

Certes, les différents intervenants lors de l’ouverture de cette manifestation, organisée par l’Association des Âœuvres sociales des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur à Khénifra en coordination avec l’Association « Joudour » (Racines) pour la culture et l’art, ont été unanimes à saluer cette initiative.

Toutefois, de l’avis des observateurs locaux, le défi reste désormais de consolider cet « acquis », pérenniser ce « nouveau-né » qui constitue « une valeur ajoutée » sur la scène culturelle locale et partant en faire un espace et une occasion annuels de débat littéraire constructif, d’échange culturel, de contact et de retrouvailles entre les spécialistes et hommes de littérature.

Dans ce sens, des acteurs locaux ont exprimé le vÂœu de voir d’autres initiatives sur d’autres thématiques voir le jour, car ont-ils expliqué à la MAP en marge du festival, « la scène culturelle locale a bel et bien besoin d’une forte impulsion et de plus d’animation », sachant que la ville, voire la région en général, jouit d’un patrimoine culturel important. Reste que ce patrimoine soit davantage mis en valeur, ont-ils ajouté.

Un souci que partagent l’autorité provinciale et les conseils élus qui ont exprimé, lors de l’ouverture de cette manifestation, leur engagement à soutenir toute activité culturelle et artistique à même d’accompagner le développement que connait l’infrastructure culturelle au niveau de la ville qui s’est dotée notamment d’un complexe culturel, dont l’ouverture est prévue prochainement.

.+Un programme riche et diversifié de la première édition +.

Pour cette première édition, qui a connu la participation d’une pléiade de nouvellistes, de critiques, de spécialistes et d’universitaires venus de différentes régions du Royaume les organisateurs ont conçu un programme riche et diversifié.

Outre l’hommage rendu cette année au nouvelliste, peintre, journaliste et chercheur Mohamed El Gharbaoui, figuraient également au menu des conférences-débats sur « la nouvelle très courte de l’élaboration à la mise en genre », « Lectures dans l’Âœuvre +Larmes de papillon+ » de Hamid Ragata (nouvelliste de Khénifra), et « lectures dans le recueil +Cité métaphore+ » de Kacem Loubay.

Le programme prévoyait aussi des lectures de nouvelles très courtes écrites en Amazigh, outre l’organisation d’une cérémonie de remise de prix aux lauréats du concours « Abdelhamid El Gharbaoui » de la nouvelle.

Une tournée touristique a été par ailleurs organisée au profit des participants pour la découverte des richesses forestières et les splendeurs des sites naturels dont dispose la région, en coordination avec le club « Ismoune N’Aari » (les amis de la forêt) et l’association des enseignants des sciences de la vie et la terre.

Une exposition d’œuvres d’art réalisées par l’association « Ouachma » et d’ouvrages, de nouvelles et de publications de l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) a été en outre organisée en marge de cette manifestation culturelle, initiée en partenariat avec les conseils régional de Meknès-Tafilalet, provincial et de la commune urbaine de Khénifra.
___________________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

 

 

 

 

 

Commentaires