PARTAGER

Les câbles électriques découverts et qui pendent à l’air libre des
poteaux continuent de faire des victimes innocentes à cause des graves
négligences des employés des communes chargés de l’entretien de
l’éclairage public et des sources d’alimentation électrique. Le nord
du Maroc vient d’en faire l’amère expérience à deux reprises en
quelques jours.

La plus récente est celle d’un homme qui a été électrocuté dans la
ville balnéaire de M’diq où réside actuellement le roi pour ses
vacances d’été. L’homme qui effectuait une balade à pied a
soudainement heurté un câble laissé sans aucune protection, pendant
sur la rue et qui aurait pu facilement faire d’autres victimes si
elles s’étaient trouvées au même endroit .

Plus tôt, c’est un enfant accompagné qui a été violemment électrocuté
en pleine promenade dans la ville de Tanger alors qu’il se promenait
en compagnie de son père qui n’avait pas repéré à temps la présence du
câble à l’origine de la mort de son très jeune fils et qui aurait
également pu décéder dans les mêmes circonstances. Ce phénomène
dramatique est propre à toutes les villes marocaines ainsi que dans le
monde rural. Ceci, sans parler des câbles de haute tension, encore
plus dangereux qui traversent des lieux d’habitation, de grande
fréquentation sur des axes routiers et que les communes ne parviennent
pas à faire disparaître avec leur enfouissement en raison du coût
élevé de cette opération.

Faudra-t-il attendre une catastrophe de grande ampleur pour que ce
problème soit réglé.

Commentaires