CES MINISTRES PAYES A NE RIEN FAIRE..

CES MINISTRES PAYES A NE RIEN FAIRE..

377
0
PARTAGER

 

Certains ont pu accéder à des postes ministériels qu’à la faveur des négociations entre les partis de la majorité pour respecter des équilibres à la fois quantitatifs et qualitatifs.

Pour aligner ses ministres au niveau des salaires, le chef du gouvernement a opté pour des postes de ministres délégués venus remplacer les traditionnels secrétaires d’état. Or la plupart de ces derniers se sont retrouvés dans des situations de partage de rôles les privant de toute prérogative. On pourrait ainsi citer celle de l’enseignement supérieur, Samira Belkhaldoun, totalement inexistante, Mamoune Bnouhdoud, aux petites entreprises qui ne s’est jamais exprimé au parlement, Fatima Marouane imposée par son mari, un décideur au sein du parti des indépendants pour diriger le secteur de l’artisanat, très loin de ses compétences de médecin, Najib Boulif au transport, écrasé par l’omniprésence de celui avec qui, il partage le département du transport, Driss El Azam, également ministre délégué islamiste du budget qui ne gère que les miettes que veut bien lui laisser le vrai patron du secteur, le ministre des finances ou bien encore le ministre communiste de l’emploi, Abdeslam Seddiki, qui, plusieurs mois après son arrivée, semble avoir toujours du mal à prendre par le bon bout, le dangereux dossier du chômage en hausse constante et contre lequel cet universitaire ne peut rien à part voir les mauvais chiffres s’accumuler sur son bureau. Au total, on compterait bien une dizaines de postes dont le gouvernement aurait pu faire l’économie soulageant ainsi les caisses de l’état de plusieurs dizaines de millions de dirhams qui auraient pu aller à des secteurs qui ont en réellement besoin.

Au cours du récent séminaire luxueux qui a coûté aux contribuables une petite fortune à l’invitation du chef du gouvernement dans un palace d’Ifrane, ce dernier qui était entouré de tous ses ministres, aurait pu procéder à une évaluation du travail de son équipe pour des réajustements futurs à même de débarrasser le gouvernement de ses membres payés à ne rien faire, sinon de la figuration.

Jalil Nouri

Pour vos publications et vos courriers : actumaroc@yahoo.fr

Commentaires