PARTAGER
Dans son bilan de la session d’automne qui vient de s’achever, la deuxième chambre n’a pas hésité a jeter en pâture à l’opinion publique; la liste nominatives des ministres les moins assidus, ceux qui répondent le moins aux convocations de cette institution ou d’autres qui ignorent tout bonnement son existence constitutionnelle, son rôle et sa mission.
Le champion toutes catégories et le grand absent des séances des questions orales est incontestablement le ministre de l’agriculture et de la pêche maritime; Aziz Akhenouch, qui n’a jamais mis le pieds au parlement lors de cette session.
Ils forment un trio, comme s’ils s’étaient passé le mot pour s’absenter avec deux ministres issus de son parti du RNI avec lequel il a pris ses distances, le milliardaire Moulay Hafid El Alamy, ministre du commerce, de l’industrie, des investissements et de l’économie numérique ainsi que Mamoune Bouhdoud en charge des petites entreprises et l’informel.
Un autre trio se distingue par son absences répétées et son mépris de l’institution, celui composé de Salaheddine Mezouar, chef de la diplomatie, Mohammed Hassad, ministre de l’intérieur et Fatima Marouane, en charge de l’artisanat et l’économie solidaire qui tous les trois ne se sont présentés devant les conseillers qu’à deux ou trois reprises en tout et pour tout. Tous ces mauvais élèves pourront toujours se justifier en invoquant la maladie chronique de l’absentéisme propre aux conseillers eux-mêmes dont l’assiduité n’est pas la principale qualité.
Par Jalil Nouri

Commentaires