PARTAGER

Qui sera le prochain chef de parti politique qui rejoindra la liste des responsables qui ont fait leur temps avec des fortunes et des bilans divers à la tête de leurs formations. Après le départ forcé de Hamid Chabat, ancien patron controversé de l’Istiqlal et celui non accepté avec fair-play de Benkirane de son poste de secrétaire général du PJD dont il a été délogé le week-end dernier par son ex rival et successeur également à la tête du gouvernement, Saad Eddine El Othmani, l’on s’attend , l’an prochain au départ d’autres visages familiers de la scène politique nationale, usés par des mandats successifs.

Le record toutes catégories de longévité appartient sans contestation au chef du Mouvement Populaire, Mohand Laenser, qui s’apprête à faire ses valises après avoir régné pendant quarante années et après avoir éliminé de la course tous les rivaux et prétendants à sa succession. Il a pris la décision de partir de son propre chef non sans confier les clés du MP à un proche recommandé qui n’aura pas la vie facile en raison d’une contestation interne inscrite dans les gènes de cette formation.

L’autre leader, qui lui, a décidé de se maintenir au gouvernail malgré sa sortie désastreuse du gouvernement après son limogeage, n’est autre que le secrétaire général du PPS, Nabil Benabdellah. Persuadé que sa formation a encore besoin de lui, il compte mener sa dernière bataille lors du prochain congrès prévu pour l’année prochaine, en vue d’obtenir un troisième mandat successif. Le dernier sur cette liste, n’est autre que le premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachagr , qui partage avec les deux premiers un point commun: celui d’avoir fait le vide autour d’eux et d’avoir leur propre idée sur le nom de leur successeur, loin de toute démocratie.

Par Jalil Nouri

 

Actu-maroc.com

Commentaires