PARTAGER

Pour une fois, le chanteur Cheb Khaled a réussi à mettre d’accord algériens et marocains autour de sa personne. Après s’être attiré les foudres de ses compatriotes en 2013 quand il s’est vu attribuer, sur ordre du roi Mohammed VI, la nationalité marocaine et s’être habillé à maintes reprises sur scène du drapeau marocain, on le croyait définitivement fâché avec son pays natal, l’Algérie.

On le croyait définitivement fâché avec ce dernier, où il passait pour traitre aux quatre coins du territoire. Il n’en a rien été puisqu’il vient d’y donner une série de concerts y compris à Tindouf qui est plus est devant les responsables du Polisario, ennemis du Maroc, sur offre du président algérien Bouteflika que le chanteur n’a pu refuser.

Il n’en s’est fallu plus pour allumer le feu de critiques et de reproches chez les marocains qui ont vu dans son concert un geste inamical à l’égard de son deuxième pays qui lui a tant apporté et qui lui a donné surtout la nationalité en plus de quantités de cachets pour des concerts sans oublier les contrats publicitaires, une aubaine qui l’a incité à s’installer au Maroc pour une courte durée, après quoi et suite à des pressions algériennes il a décidé de changer de pays de résidence.

Aujourd’hui , il est jugé indésirable et traité de « faux frère » par de nombreux marocains unanimes à demander le retrait de sa nationalité marocaine et son interdiction de concert au Maroc pour avoir trahi la cause sacrée à tous les marocains.

Commentaires