Chine: la banque centrale relève ses taux d’intérêt

Chine: la banque centrale relève ses taux d’intérêt

314
0
PARTAGER

Dans le but de limiter l’augmentation de la quantité de liquidités dans l’économie, afflux qui alimente l’inflation, la banque centrale a également relevé six fois les taux de réserves obligatoires des banques en 2010 et une fois au mois de janvier.

Le mois dernier, le gouverneur de la banque centrale, Zhou Xiaochuan, avait mis en garde contre une inflation plus forte que prévu et indiqué aux autorités qu’elles devaient rester vigilantes, ce qui laissait présager une nouvelle hausse des taux.
Celle-ci pourrait aussi aider à limiter la hausse des prix dans l’immobilier, qui a repris depuis le mois de septembre. En janvier, de nouvelles restrictions avaient été annoncées pour l’octroi d’un crédit destiné à l’achat d’un deuxième appartement.

Le relèvement des taux « montre que l’inflation est actuellement le sujet de préoccupation principal » des autorités, a déclaré à l’AFP Brian Jackson, économiste à la Royal Bank of Canada.
« Les pressions sur les prix s’accumulent. Elles ont déjà atteint des niveaux inconfortables et il y a de bonnes chances pour qu’elles se prolongent durant les prochains mois », selon lui.
Si le gouvernement ne prend pas rapidement des mesures efficaces pour combattre l’inflation, « le rique existe qu’elle devienne incontrôlée », explique encore M. Jackson.
La hausse des prix a plus particulièrement touché les denrées alimentaires et donc les couches défavorisées de la population chinoise qui y consacrent une plus grande part de leur revenus.
Par le passé, l’inflation en Chine a suscité des mouvements de mécontentement populaire que le gouvernement veut à tout prix éviter.
L’économie chinoise fait face depuis deux ans à une augmentation rapide de la quantité rapide de liquidités en circulation qui alimente l’inflation, en grande partie à cause de l’explosion des prêts accordés en 2009 pour soutenir la demande intérieure face à la crise financière mondiale.
Comme les autres pays émergents, la deuxième économie mondiale attire aussi des capitaux spéculatifs à la recherche de meilleurs rendements que dans les pays développés.
Le relèvement des taux d’intérêt pourrait aussi aider à limiter le volume des prêts bancaires, que le gouvernement veut réduire en 2011 par rapport à 2010. L’an dernier, le volume des nouveaux prêts avait atteint 7.950 milliards de yuans, alors que l’objectif à ne pas dépasser était de 7.500 milliards de yuans.
AFP

 

___________________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires