PARTAGER

Avec la fin de la session d’automne, les députés de la première chambre du parlement sont retournés chez eux et dans leurs circonscriptions, leurs salaires en poche, alors qu’ils n’ont produit aucun effort dans le cadre de leur mandat, à l’exception de l’adoption dans un temps record de la loi relative au retour du Maroc au sein de l’Union Africaine.

Au total et en raison du blocage dans les pourparlers sur la formation du gouvernement, les représentants du peuple auront passé à leur retour, pas moins de 6 mois à ne rien faire, sauf à dire qu’ils s’ennuient et que ce n’est pas de leur faute, en percevant leur généreux salaire, à l’exception de ceux de la formation du PAM, qui, sur consigne de leur état-major ont accepté de restituer au trésor public, les salaires déjà perçus et correspondant aux quatre premiers mois de leur mandat.

Une situation incompréhensible si l’on sait que ces députés peuvent s’activer dans les salles du parlement sans attendre que le gouvernement naisse par césarienne. Car s’ils ont pris la peine d’étudier le texte sur le retour du Maroc au sein de l’UA, ils pourraient en faire de même avec d’autres textes de loi qui touchent à la vie des citoyens. Mais non, leur appartenance et leur conscience partisanes leurs dictent de ne pas se mettre en porte à faux par rapport à leurs partis et les décrédibiliser, au risque de passer pour les vrais dindons de cette farce politique que l’histoire retiendra comme la plus triste du pays.

Par Jalil Nouri

Commentaires