PARTAGER
L’Alliance marocaine pour le Climat et le Développement Durable (AMCDD) a appelé à accentuer la mobilisation, afin que les plus grands pollueurs adoptent les mesures d’urgence de l’accord de Paris

« L’AMCDD invite les acteurs (de la société civile) à accentuer la mobilisation et à maintenir la pression sociétale afin que les parties prenantes nationales et internationales, principalement les plus grands pollueurs, adoptent ces mesures d’urgence et garantissent leurs applications, tout en incitant les gouvernements à respecter leurs engagements concernant l’accord de Paris », a indiqué un communiqué de cette alliance.

L’AMCDD considère que l’accord sur le climat n’a pas entièrement répondu à un certain nombre attentes de la société civile mondiale qui a participé à la COP21, en premier lieu les mesures d’urgence à entreprendre pour la période 2015-2020, a précisé le communiqué de ladite alliance qui représente plus de 300 associations et réseaux d’ONG œuvrant dans les domaines de l’environnement, du développement durable et de la lutte contre les changements climatiques.

L’Alliance estime, toutefois, que l’accord pour le climat, adopté samedi dernier Paris, est « important, universel et ambitieux » et représente une « avancée capitale et constructive » pour la continuité de la vie sur notre planète et la réduction des dégâts causés par les changements climatiques.

Les exigences de ce nouvel accord « historique » préconisent la limitation des émissions à moins de 2 C , la mise en place des principes de révision périodique des contributions et engagements chiffrés des pays, de dédommagements et l’augmentation des aides financières aux pays du Sud, a rappelé le communiqué.

Elles préconisent également l’appel à un changement global et drastique du modèle de développement mondial actuel par l’abandon progressif et définitif des énergies fossiles.

L’AMCDD, qui a participé à la COP 21, a suivi les négociations mondiales sur le climat en ouvrant le dialogue et la communication avec les différents acteurs et décideurs et en adoptant le même positionnement que l’ensemble des dynamiques mondiales.

Cette alliance, qui a toujours adopté le principe de la responsabilité partagée, a milité pour la garantie d’un financement adéquat et suffisant pour les projets des pays en voie de développement concernant leurs objectifs d’adaptation et d’atténuation et leur participation dans l’exécution des Contributions nationales sur les changements climatiques, tout en veillant sur le principe d’équilibre entre les projets d’atténuation et d’adaptation.

C’est dans ce sens que les membres de l’AMCDD ont participé, avec plusieurs groupes africains, arabes, européens et mondiaux, à des dizaines de manifestations et actions de plaidoyer, incitant un certain nombre de négociateurs à prendre leurs responsabilités envers les prochaines générations.

En ce qui concerne les colloques scientifiques et techniques, les membres de l’alliance se sont constitués en plusieurs groupes de travail chargés de l’atténuation, l’adaptation, le financement, le renforcement des compétences et le transfert de technologie.

Ces groupes ont participé au nom de l’AMCDD à des centaines de Side Events et ont élaboré des reporting réguliers sur leurs activités, ces rapports discutés lors de réunions quotidiennes des membres de la délégation dans l’aile consacrée à l’alliance dans l’espace « Génération Climat ».

Plusieurs experts et acteurs de la société civile membres de l’AMCDD se sont distingués lors de plusieurs interventions que l’alliance a organisées lors de cet événement et qui ont porté sur des sujets tels que « Le débat planétaire citoyen sur le climat », « Les changements climatiques et le savoir-faire traditionnel » et « les effets des changements climatiques sur les Oasis ».

Commentaires