Comment l’attachement vient aux bébés…

Comment l’attachement vient aux bébés…

661
0
PARTAGER

Dès les premières semaines de sa vie, votre bébé apprend à se nourrir mais aussi à aimer, à vous aimer. Les liens affectifs se tissent au gré des réponses que vous lui apportez au quotidien.

Le langage des émotions

  • Observez votre bébé… s’il est paisiblement installé dans vos bras, que le téléphone sonne et que vous le posez dans son transat et vous éloignez, il y a de grandes chances pour que son corps se raidisse, qu’il agite ses bras en criant et se mette à pleurer. Autre cas de figure, après toute une journée passée avec vous, son visage est calme, détendu. Les yeux dans les yeux avec vous, il gazouille et sourit.
  • Dans ces deux situations, vous nagez dans le monde à la fois obscur et limpide des signaux qui participent à la création du lien enfant-parents. Votre bébé vous envoie des signes destinés à vous seulement et que vous seulement savez décrypter.
  • Car il s’agit bien de langage, du langage des émotions. Ces grimaces, ces cris, ces mimiques vous disent ce qu’il ressent. En termes d’émotions, votre bébé est un champion. Et le répertoire des façons qu’il a de les exprimer est bien plus large que vous ne l’imaginez.
  • Son bien-être se manifeste par un sommeil tranquille, un comportement calme. Eveillé, votre bébé regarde autour de lui, suit des yeux les personnes qui l’entourent, gazouille, se balance sur son transat. Et puis, très vite, si quelque chose le dérange, vous le voyez passer du rire aux pleurs. La moindre frustration, le moindre manque, la moindre sensation désagréable pour lui provoque un changement d’attitude. Et si, à ce moment-là, vous le prenez dans vos bras et lui parlez, l’équilibre revient. Il en déduit que vous l’avez entendu. Il est apaisé. Mais avant cela, vous avez appris, ou vous êtes en train d’apprendre l’attachement. Tout un programme.

Grâce à l’attachement, votre tout-petit grandit

  • Entre votre bébé et vous, la communication commence bien avant que les mots ne fassent le lien. Le pédopsychiatre John Bowlby, sidéré par la capacité des tout-petits à se comporter de telle manière que les adultes s’occupent d’eux, a acquis, dès le début des années 50, la conviction que cette habilité du nouveau-né à demander de l’aide ainsi que la réaction de maternage des adultes étaient programmés biologiquement. Selon ce médecin, la relation entre une mère et son enfant est organisée par les signaux comportementaux de l’enfant, signaux innés et non acquis.
  • Nicole Guedeney, pédopsychiatre, explique : « Le bébé est né pour s’ attacher à quelqu’un, pour chercher la proximité physique qui sera capable de l’apaiser. Il est programmé pour envoyer des signaux. Lorsqu’un bébé pleure, il envoie un signal biologique pour dire que ça ne va pas. Quand il naît, le tout-petit reconnaît certaines figures : sa mère, mais aussi toute personne qui lui procure les soins corporels. »
  • Aussi étrange que cela puisse paraître, l’un des rôles de l’attachement est d’équilibrer les émotions négatives. « La peur, la colère, la tristesse sont des émotions insoutenables pour le tout-petit, assure Nicole Guedeney. Tout seul, il ne peut pas les réguler. Il a besoin des autres pour s’apaiser. » Alors, vous réfléchissez, vous cherchez des solutions pour vous adapter à votre bébé. Un peu comme si vous disiez : « Je devine tes émotions, tu vas apprendre qu’avec moi, tu te sens plus fort. » Vous prenez votre tout-petit dans les bras, vous le consolez. Vous tâtonnez peut-être un peu.

• Pendant les trois premiers mois, la « figure d’attachement » parle à votre enfant. Vous, son papa, ou la personne qui s’occupe de lui, lui dit : « Tu as l’air fâché… Oh, mais ce n’est pas cela que tu voulais ! » Votre tout-petit va commencer à développer des préférences.

• Entre 3 et 6 mois, il perçoit combien il peut être agréable d’être avec vous.

• A 9 mois, le lien est construit.Votre enfant peut alors se lancer dans l’exploration du vaste monde parce que la confiance est installée.

Mimiques, gesticulations… il vous répond

  • D’autres chercheurs, comme le Pr Hubert Montagner, évoquent la « partie de tennis qui se joue entre le bébé et la mère ». Une partie de tennis qui commence bien avant la naissance ! « Le fœtus a la capacité de percevoir l’activité de sa mère, et ce dès le 5e mois, grâce à ses récepteurs qui sont situés dans ses muscles et ses tendons, explique cet éminent spécialiste, directeur de recherches à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale. A tout moment, les repères du fœtus sont induits par la mère. Elle va caresser son abdomen, lui parler. A la naissance, un nouveau processus commence : le bébé est capable d’accrocher le regard. Les yeux dans les yeux, lui et sa maman vont développer des interactions ajustées. Si sa maman parle, le bébé réagit, fait des grimaces, des bulles, il bouge son corps. »
  • Vous essayez alors de comprendre ce que votre tout-petit ressent. Vous donnez une signification à ses mimiques. S’il est détendu, vous le pensez heureux. S’il montre un visage renfrogné, vous vous demandez pourquoi il est triste. S’il hurle, vous comprenez qu’il est en colère. S’il écarquille les yeux, vous en déduisez qu’il est surpris ! C’est vous, sa maman qui nommez ses grandes émotions : joie, colère, tristesse, peur. Vous les ajustez : c’est là que se joue la partie de tennis. Votre bébé va pouvoir lire le livre de vos émotions.

Commentaires