PARTAGER
De rapides échanges menées sur le vif avecdes résident étrangers installés dans le royaume montrent au mieux un désintérêt pour ces élections législatives et au pire une crainte non dissimulée de voir un renforcement de la présence des islamistes du PJD au parlement, surtout depuis leur décision de présenter comme candidat et tête de liste à Marrakech, un prédicateur intégriste et salafiste. Si son élection se confirme le 7 certaines des personnes interrogées croient prédire que le parlement marocain ne véhiculera plus d’image de modernité comme il l’a fait jusqu’à présent.
Pour le reste, l’unanimité est de rigueur pour considérer qu’il y a trop de partis au Maroc et que la femme est toujours cantonnée dans les seconds rôles par les partis, tout en reconnaissant qu’ils ignoraient qu’il y avait une femme à la tête d’un parti, à savoir Nabila Mounib.
A la question de savoir s’ils avaient retenu certaines des actions du chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, la même réponse a jailli spontanément avec un sourire non dissimulé, la seule action restera celle liée à l’augmentation des prix des matières subventionnées autrefois par l’état , allusion à la décompensation.
Quant au duel PJD-PAM, il n’inspire guère de commentaires.

Commentaires