Comment parler de sexualité à son enfant ?

Comment parler de sexualité à son enfant ?

634
0
PARTAGER

A l’occasion de l’exposition « Zizi sexuel » à la Cité des Sciences et de l’Industrie, Anne Vaisman, auteure de « Comment parler de sexualité aux enfants », donne les clés pour aborder le sujet en toute simplicité.

#~0~#

Installée pour la première fois en 2007, l’exposition « Zizi sexuel » à la Cité des Sciences et de l’Industrie, propose aux 9-14 ans une découverte de l’amour, de la puberté et de la reproduction. Elle ouvre de nouveau ses portes au public jusqu’au 2 août 2015. L’occasion d’aborder le sujet de la sexualité avec votre enfant… grâce aux conseils d’une pro !

A partir de quel âge peut-on parler de sexualité à un enfant ?

Pour moi, on peut commencer très tôt. On adapte évidemment les réponses en fonction de l’âge de l’enfant* mais il est important de parler du corps dès le plus jeune âge. C’est ainsi l’assurance de pouvoir en reparler dans les meilleures conditions à l’adolescence, moment pendant lequel le dialogue n’est pas toujours évident. Il faut bien comprendre que la sexualité n’est pas un sujet tabou, en parler doit être naturel.

Est-ce mieux d’utiliser des petits noms pour nommer les parties intimes ou au contraire d’être précis sur les termes ?

Les parents doivent vraiment faire comme ils le sentent. Certains sont plus à l’aise avec des mots comme « zizi » ou « zezette » qu’avec les vrais termes « médicaux ». De toute façon, il faudra expliquer un jour ou l’autre ce qu’est un pénis ou un vagin à l’enfant lorsqu’il aura grandi. Le principal est vraiment de sentir le bon moment.

Faut-il attendre que le petit vienne parler de sexualité ou plutôt prendre l’initiative ?

Il n’est pas nécessaire de forcer les enfants à en parler, chacun son rythme. Chose à ne pas faire : le prendre entre quatre yeux un beau jour pour lui « raconter la vie » ! Il est inutile de le convoquer pour parler de sexualité. Ce sujet doit venir de façon très naturelle, sans forcer l’intimité du bambin ni être intrusif. De toute façon, la sexualité fait tellement partie du quotidien qu’il est vraiment difficile de ne pas en parler.

#~1~# Comment réagir lorsqu’il parle de sujets qui concernent les parents ou leur intimité ?

Lorsque l’enfant pose des questions du type « Comment je suis né ? » ou « Comment on fait des bébés? », une réponse s’impose. Les parents racontent souvent l’histoire du papa qui met sa petit graine dans le ventre de la maman ou celle des cigognes, mais on ne peut pas se limiter à cela. Encore une fois, l’explication doit être adaptée à l’âge de l’enfant sans les prendre pour des crétins !

Peut-on parler de tous les sujets comme de l’homosexualité ou encore de la transsexualité à des enfants ?

Il est important de répondre à leur curiosité, de leur parler de la diversité. Ce qui est judicieux est de leur dire que oui en effet, « tu vois-là, c’est bien deux hommes qui s’aiment ». L’enfant va alors s’interroger et demander par exemple : « Comment ils font pour avoir des enfants ? ». Il faut leur expliquer les choses simplement, sans obligatoirement faire de grandes tirades : « Ils peuvent aussi avoir des enfants mais de manières différentes ». En général, ils ne trouvent pas ça choquant.
Aborder des sujets comme l’homosexualité, c’est aussi leur apprendre à être ouvert d’esprit, plus tolérant. Et ceux qui découvrent leur homosexualité plus tard, le vivent mieux.

#~2~# Comment aborder le sujet à l’adolescence ?

Plus tôt on parle de sexualité, plus les adolescents sont prévenus des risques et se protègent. Pour bien comprendre le lien entre faire l’amour et tomber enceinte, il est nécessaire d’être extrêmement précis à partir d’un certain âge. Mieux vaut donc avoir évoqué le sujet quand l’ado était enfant.

Que faut-il éviter durant cette période ?

Une mère qui donne un préservatif à son ado alors qu’elle ne lui a jamais parlé de sexualité est une erreur. L’enfant ne va pas savoir comment le prendre. Encore une fois, il est nécessaire d’en parler sans être intrusif. Faire comprendre à son ado que « moi en tant que parent, je veux que tu saches ces choses pour te protéger« . Et puis, c’est aussi une façon de leur parler du respect de l’autre ainsi que des plaisirs de la vie.

#~3~# Les livres sont un bon moyen d’aborder le sujet avec les enfants, les ados ont des cours d’éducation sexuelle au collège… Qu’en pensez-vous ?

Les cours d’éducation sexuelle à l’école ne sont pas suffisants. Les parents doivent reprendre le sujet à la maison. Quand ces derniers parlent de sexualité, ils autorisent en quelque sorte leur ado, mais lorsque rien n’est dit, le jeune est considéré comme un petit. Au collège, cette éducation est limitée à la grossesse et au sida, et n’intervient en général qu’en 4e. C’est une bonne piqûre de rappel mais cela reste insuffisant.

Pourquoi la sexualité est encore un sujet difficile à aborder avec les enfants ?

On vit dans une société paradoxale : d’un côté nous sommes inondés d’images sexuelles ou même pornographiques (publicités, films, sur Internet, à la télé…), et en parallèle, le dialogue sur le sujet de la sexualité est compliqué en famille. On a trop tendance à croire que parce que la sexualité est partout, les enfants savent déjà tout. Mais voir un corps nu ne suffit pas. Prodiguer une bonne éducation sexuelle permet aux adultes d’avoir une bonne relation avec l’autre, d’être ouverts et bien dans leur tête et leur peau.

 Merci à Anne Vaisman, journaliste et auteure du livre « Comment parler de sexualité aux enfants », Editions Le baron perché, 17.50 euros.

* Dans son livre, Anne Vaisman aborde les grandes questions concernant le corps et la sexualité à travers 30 fiches (le sexe de l’homme, de la femme, faire l’amour…). Chaque thème est décrit de façon différente selon l’âge de l’enfant, 5-8 ans / 9-12 ans / 13-15 ans.

Commentaires