Consolider les passerelles de coordination pour secourir des vies humaines (séminaire)

Consolider les passerelles de coordination pour secourir des vies humaines (séminaire)

175
0
PARTAGER

Cette rencontre, organisée à la veille de l’exercice de recherches et sauvetage Tamaris 2011, devra permettre aux participants d’être au fait de l’évolution que connaît l’activité de SAR et de perfectionner leur expertise dans ce domaine.

Cet exercice, devenu une tradition, est ainsi l’occasion de faire le bilan de l’activité SAR et des derniers développements en rapport avec cette activité en particulier et le secteur de l’aviation civile en général, a indiqué M. Manar Abdenbi, directeur de l’aéronautique civil, au nom du ministre de l’équipement et des transports.

L’activité SAR, régie par des standards internationaux (annexe 12 de la convention de Chicago), fait l’objet de planification dans le cadre des plans de l’OACI régionaux spécifiant les zones de responsabilité de chaque Etat, a-t-il rappelé, soulignant que planifier, s’organiser, se préparer et se mobiliser sont des actions déterminantes dans l’efficacité des opérations de recherches et de sauvetages étant donné que chaque instant compte pour sauver des vies humaines.

La mission de recherche et de sauvetage exige une vigilance permanente et soutenue qui nécessite aussi un dispositif multinational dans lequel sont intégrés les efforts de tous les Etats, a souligné, de son côté, M. Khalil Moualif, directeur de l’académie au nom du Directeur général de l’Office national des aéroports (ONDA).

Ces opérations SAR doivent être inscrites dans une « tension quotidienne et constante » et fonctionner de manière adéquate afin d’aider à sauver des vies humaines et à protéger l’environnement. D’où l’obligation de maintenir le dispositif de recherche et de sauvetage constamment conforme aux normes et pratiques de la convention de Chicago ainsi qu’aux plans régionaux de navigation aérienne.

Participent à ce séminaire, dont l’objectif est de consolider la coopération interdépendante en matière de sauvetage aéromaritime, des représentants des pays membres de l’Initiative  » 5+5 défense » en tant qu’observateurs notamment de France, d’Italie, du Portugal, de Tunisie, d’Algérie, d’Espagne outre du Maroc qui auront également à débattre de la problématique de l’utilisation flexible de l’espace aérien et de revenir en détail sur tous les aspects techniques de coopération et de coordination régissant leurs relations dans ce domaine.

L’exercice, prévu mercredi, consiste en une simulation de crash d’un avion de ligne au large de Casablanca qui va déclencher une opération SAR et qui va nécessiter l’intervention des services impliqués dans ces opérations à savoir les Forces Royales Air, la Marine royale, la Gendarmerie royale, la Protection civile et le département des pêches maritimes.

Le Maroc, membre de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI), est responsable de l’opération de recherches et sauvetage des aéronefs en détresse dans sa zone de responsabilité.

A rappeler que le Centre national de Contrôle de la Sécurité Aérienne (CNCSA), accrédité par l’OACI comme Centre de Contrôle Régional (CCR), est le fournisseur du service de contrôle de la circulation aérienne et contribue, à ce titre, aux missions dévolues au centre de Coordination des Recherches et Sauvetage (RCC).

 

 

___________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires