COP22 au Maroc, une « reconnaissance internationale de l’expérience marocaine en matière d’énergies...

COP22 au Maroc, une « reconnaissance internationale de l’expérience marocaine en matière d’énergies renouvelables »

1095
0
PARTAGER

L’organisation au Maroc de la prochaine édition de la conférence mondiale sur le climat (COP 22), prévue en novembre prochain, est une « reconnaissance internationale de l’expérience marocaine en matière de promotion des énergies renouvelables et de réduction des gaz à effet de serre », a déclaré, mardi à Rabat, le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane.

M. Benkirane, qui répondait aux questions relatives à « la politique énergétique en rapport avec la COP 22″ dans le cadre de la séance mensuelle sur la politique générale à la Chambre des conseillers, a souligné que l’organisation au Maroc de cette conférence lui permettra de renforcer sa place à l’échelle internationale en tant que pays engagé en matière de lutte contre les changements climatiques et de relever le défi de réussir les grandes stratégies nationales dans le domaine de l’énergie.

L’organisation de cette conférence au Maroc se veut aussi l’occasion d’évaluer les engagements annoncés à Paris et d’entamer leur mise en œuvre à partir de 2020, a-t-il ajouté, relevant qu’une panoplie de mesures ont été prises afin de réussir cette manifestation.

Il s’agit notamment, selon M. Benkirane, de la réalisation d’une étude ayant permis d’élaborer une feuille de route définissant les aspects techniques et organisationnels de cette conférence, la mise en place d’un cadre de gouvernance concernant l’organisation de cette session et la planification de manifestations visant à mobiliser les acteurs nationaux et internationaux.

Il a également évoqué, dans ce sens, l’élaboration d’un cahier de charges pour assurer une bonne organisation de la Conférence, réaliser les objectifs qui lui sont assignées, et rechercher des sources de financements supplémentaires dans le cadre de la coopération internationale.

Concernant le rôle de la partie marocaine dans l’organisation de la COP22, le Chef du gouvernement a relevé qu’il concerne essentiellement la présidence et la coordination des consultations et des négociations en 2016 et l’examen des moyens de mise en œuvre des dispositions de l’accord de Paris, notant que cette manifestation contribuera à renforcer le rayonnement du Maroc et à améliorer son attractivité pour les investissements, et aura des répercussions positives sur l’économie nationale.

Il a, par ailleurs, souligné que le Maroc, dans le cadre de ses efforts pour honorer ses engagements internationaux dans ce domaine, a adopté une politique volontariste de développement durable et de protection de l’environnement laquelle s’est traduite principalement par la mise en place de la stratégie énergétique et du plan national d’assainissement liquide et solide, rappelant les réformes constitutionnelles, législatives et institutionnelles engagées par le Maroc dans ce cadre, à savoir, notamment la charte nationale de l’environnement et du développement durable, l’interdiction des organismes génétiquement modifiés, la loi relative à l’utilisation des sacs et sachets en plastique, outre l’arsenal juridique relatif aux énergies renouvelables et à l’eau, entre autres.

Selon M. Benkirane, le processus de transition énergétique mené par le Maroc ces dernières années, connait un tournant qualitatif grâce à la forte impulsion donnée par le Roi Mohammed VI aux énergies renouvelables en annonçant lors de l’allocution royale adressée à la COP21 que « l’objectif de 42 % fixé pour la part des énergies renouvelables en réponse à nos besoins en 2020, a récemment été porté à 52 % à l’horizon 2030″.

Il a, en outre, rappelé la participation distinguée du Royaume à la COP21 à Paris qui a constitué une occasion pour la délégation marocaine de proposer des solutions et des mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et de présenter les nouveautés du modèle énergétique national, ainsi que les réformes législatives, organisationnelles, institutionnelles et les projets d’investissements lancés par le Maroc dans le domaine des énergies renouvelables

Commentaires