Côte-d’Ivoire: les « conditions » du départ de Gbagbo, « seule chose » encore à négocier

Côte-d’Ivoire: les « conditions » du départ de Gbagbo, « seule chose » encore à négocier

330
0
PARTAGER

« Nous avons demandé à l’Onu de lui garantir son intégrité physique, ainsi qu’à sa famille (…) et d’organiser les conditions de son départ. C’est la seule chose qui reste à négocier désormais », a déclaré le ministre.
Interrogé sur un éventuel exil en Mauritanie, il a répondu: « Je n’ai pas d’indication là-dessus ».
« J’espére que la persuasion va finir par l’emporter et qu’on évitera de reprendre des opérations militaires », a ajouté le ministre, en dénonçant un « entêtetement absurde ». « Gbagbo n’a désormais plus aucune perspective, tout le monde l’a lâché », a-t-il fait valoir.
« Nous allons poursuivre avec l’ONU qui est à la manoeuvre les pressions pour qu’il accepte de reconnaître la réalité ». « C’est l’Onu qui négocie et qui lui demande de respecter les résolutions du Conseil de sécurité, c’est-à-dire d’admettre sa défaite », a-t-il rappelé.
A la question de savoir si Gbagbo encourait des poursuites pénales internationales, Alain Juppé a répondu: « Seule la Cour pénale internationale peut prendre des décisions ».
Il a enfin indiqué n’avoir « aucune revendication » et « pas de piste » pour les quatre personnes enlevées lundi à Abidjan, dont deux Français.
Abondant dans le sens d’Alain Juppé, le chef d’état-major des armées françaises, l’amiral Edouard Guillaud, a affirmé mercredi matin que le départ de Laurent Gbagbo était probablement « une question d’heures », précisant que le président ivoirien sortant avait failli « démissionner » à deux reprises depuis vendredi.
Les négociations « ont continué cette nuit, malheureusement pour l’instant je ne vois pas d’issue, je pense malgré tout que c’est une question d’heures (…) Peut-être dans la journée », a déclaré l’amiral Guillaud sur la radio Europe 1.
L’amiral a réitéré que Laurent Gbagbo n’avait « pas d’autre choix » que la reddition et le départ.
« Il est enfermé dans la résidence de la présidence de la République ivoirienne et il ne reste en la possession de ses partisans que le site de la présidence », a-t-il dit. Selon l’amiral Guillaud, pour Laurent Gbagbo « l’exil est effectivement probable ».
Interrogé sur une possible reprise des frappes de l’Onuci, la mission des Nations-Unies en Côte d’Ivoire, et de la force française Licorne contre les positions des pro-Gbagbo, il a répondu : « Si l’ONU le demande, c’est possible ».
Le chef d’état-major a toutefois affirmé que la France n’était « pas en guerre en Côte d’Ivoire », en soulignant le « devoir de protection des populations » dans le respect des résolutions de l’ONU.
Laurent Gbagbo refusait toujours mardi de reconnaître sa défaite malgré l’écroulement de son régime et la demande de cessez-le-feu de son armée, assommée par des frappes de la France et de l’ONU avant l’avancée des forces de Ouattara.
Alors que la France et l’ONU exigent qu’il signe un document dans lequel il renonce au pouvoir et reconnaît son rival comme président, il a averti qu’il n’en était pas question.
« Je ne reconnais pas la victoire de Ouattara. Pourquoi voulez-vous que je signe ça ? », a-t-il lancé mardi lors d’un entretien sur la chaîne française LCI.
Après des jours de combats à l’arme lourde qui ont fait des « dizaines de morts » à Abidjan selon l’ONU, et une sanglante crise post-électorale de quatre mois, les armes se sont quasiment tues dans la métropole ivoirienne.
« Il y a un arrêt des combats mais il y a des tirs sporadiques de la part de groupes de jeunes qui ne font pas partie » des forces belligérantes, a indiqué la mission onusienne Onuci.
Quelques tirs d’armes lourdes ont retenti dans le quartier de Cocody (nord), qui abrite la résidence présidentielle.
Les habitants, dans leur immense majorité terrés chez eux, restaient suspendus à l’annonce de la fin de l’ère Gbagbo, tandis que la télévision TCI du camp Ouattara diffusait des extraits de « La chute », film sur les derniers jours d’Adolf Hitler.

AFP___________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires