PARTAGER

Abdelilah Benkirane n’est pas un homme facile à abattre et il vient de le prouver encore une fois avec un passage en force réussi, qui lui permet de revenir en force et de rester sur les devants de la scène politique, aux commandes du PJD. Après deux mandats successifs qui se sont soldés par une sortie amère du gouvernement, l’homme était condamné à une retraite politique anticipée ou à jouer les seconds rôles au sein de sa formation. Déjouant tous les pronostics et les certitudes de ses adversaires, il est parvenu à faire amender le règlement intérieur du PJD pour pouvoir se maintenir au gouvernail qu’il conservera à coup sûr, après le vote prévu lors du prochain congrès du mois de décembre.

Maîtrisant l’art de renverser la vapeur et retourner la situation en sa faveur, il promet ainsi à ses partisans qu’il restera l’homme fort du mouvement islamiste avec le doux espoir de rencontrer le roi comme chef de parti nouvellement réélu et faire oublier son limogeage brutal du gouvernement. Revanchard à souhait, Benkirane est attendu sur les changements qu’il apportera dès les premiers jours de son troisième mandat, à commencer par l’éloignement de sa direction, de tous ceux qui se sont opposés à lui, de manière frontale, durant sa descente aux enfers, à commencer par certains ministres qu’il finira par déboulonner.C’est une promesse de sa campagne avant l’heure, annonciatrice d’une chasse aux sorcières en règle.

Par Jalil Nouri

Commentaires