Coup de grisou en Colombie: cinq mineurs tués, 16 pris au piège

Coup de grisou en Colombie: cinq mineurs tués, 16 pris au piège

245
0
PARTAGER

« Un des blessés est mort pendant son transfert au centre de soins. Donc le nombre officiel de morts s’élève pour le moment à cinq », a déclaré à l’AFP la maire de cette localité Yamile Rangel.
« Nous avons six blessés et désormais une liste de 16 personnes bloquées au fond de la mine », a-t-elle ajouté.

L’Institut colombien des mines (Ingeominas) qui a dépêché des secouristes sur place a pour sa part fait état d’un bilan de 20 morts.
« Nous y incluons les mineurs piégés à l’intérieur, car vu l’ampleur de l’accident il est impossible qu’ils aient survêcu », a déclaré à l’AFP une porte-parole de cet organisme supervisant les mines en Colombie.
Sortir les corps devrait en outre être compliqué, a-t-elle précisé, en raison de l’accumulation de gaz toxiques.

Le ministre des Mines Carlos Rodado, a par ailleurs annoncé sur place à l’AFP la fermeture de la mine, « jusqu’à ce que l’enquête détermine si elle respectait toutes les normes ».

Le responsable municipal de la sécurité, Alvaro Silva, avait auparavant précisé que l’explosion s’était produite au moment de la relève des travailleurs de cette mine d’une profondeur d’environ 1.000 mètres, vers 06h30 du matin (11h30 GMT).
« Il y avait des gens qui sortaient, d’autres qui rentraient », a-t-il déclaré.

Sardinata, municipalité de 25.000 habitants située à une heure de Cucuta, la capitale du département de Norte de Santander (600 km au nord-est de Bogota), non loin de la frontière vénézuélienne, vit principalement de ses mines de charbon.

Le 6 octobre 2010 un accident similaire, dans une autre mine de la municipalité, avait fait six morts et deux blessés.

Et en 2007, 31 mineurs avaient péri à la suite d’une explosion dans la même mine de « La Preciosa », selon Alvaro Silva.
Pourtant, a-t-il précisé, « tous les papiers étaient en règle ».

Mais le ministre des Mines a mis en cause cette version, estimant que certaines informations préliminaires « montrent que certaines normes de sécurité n’étaient pas respectées ».

Selon les autorités départementales, le drame aurait pu être entraîné par une explosion de méthane, équivalente à un « véritable coup de canon », dans la mine.
« La probabilité et la fréquence de ces accidents pourraient être réduites avec des détecteurs de gaz et des mesures pour éviter les glissements de terrain », a expliqué à l’AFP l’expert géologue, Julio Fierro Morales.
« Il y a en Colombie une très nette tendance du secteur minier à ne pas respecter les règlements », a-t-il accusé en précisant aussi que « l’Etat est incapable de contrôler l’ensemble des mines ».
« Nous disposons de 50 professionnels pour surveiller 10.000 licences d’exploitation minière, dont 4.000 correspondent à des mines en activité », a-t-il encore déclaré.

Selon Ingeominas 173 mineurs ont trouvé la mort en 2010 en Colombie, cinquième exportateur mondial de charbon, dans des accidents analogues.

Le pire, provoqué en juin par une explosion de méthane, avait coûté la vie à 73 mineurs dans une mine du Nord-Ouest du pays.
AFP

______________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

 

 

Commentaires