PARTAGER

L’affaire des trois allemands agressés au couteau par des délinquants dans la vieille médina de la capitale spirituelle a pris une tournure inattendue après l’intervention de l’ambassade de leur pays qui a émis des protestations officielles.

Aussitôt après que les résultats de l’enquête ait été transmis à la direction générale de la sûreté nationale qui les a communiqués à l’ambassade d’Allemagne à Rabat, ordre a été donné par le patron de la police nationale de suspendre de leurs fonctions le préfet et le chef des brigades touristiques de la ville dont le manque d’efficacité est pointée du doigt.

Pour leur part, la presse allemande est revenue largement et dans le détail sur cette agression et déconseillé à ses lecteurs de se rendre au Maroc qu’elle considère comme un pays à risques au même titre que la Tunisie, ce qui est loin de la vérité. L’agression ne doit pas être assimilée à un acte d’un extrémiste, sauf que plusieurs agressions de ce genre, parfois mortelles se sont produites dans le même secteur de l’ancienne médina de Fès pour être vite attribuées à des déséquilibrés mentaux.

Par ailleurs, il est difficile de cacher que la criminalité colle à la réputation de ce secteur sans qu’elle en soit éradiquée. Cette agression a accentué par ailleurs le ras le bol des commerçants qui ont décidé de fermer boutique jusqu’à nouvelle ordre en guise de protestation, de quoi pousser les touristes à rebrousser chemin

Par Samira Mounadi

Commentaires