PARTAGER
La justice française vient d’asséner le coup de grâce aux deux journalistes Eric Laurent et Catherine Graciet, qui avait dans une tentative folle et humiliante de faire chanter le roi Mohammed VI pour lui extorquer la somme de 3 millions d’euros en échange de l’abandon de la publication d’un livre dérangeant pour le palais pour lequel il avait fait tapage médiatique avant sa sortie en France.
Poursuivis devant le tribunal de Paris sur une plainte du souverain, le dossier comprenait parmi les éléments à charge, un enregistrement réalisé au cours d’une rencontre dans un restaurant parisien avec un émissaire du palais, l’avocat Hicham Naciri, comme preuve de leur culpabilité dans leur acte de chantage et la demande d’argent.
Saisie par leur défense qui avait jugé l »enregistrement illégal, la justice française vient d’estimer , au contraire, qu’il était tout à fait recevable, de quoi désarçonner les avocats des deux journalistes maîtres-chanteurs qui avaient tout basé dans leur stratégie sur le caractère considéré comme illégal et ne devant pas être pris en compte dans le dossier comme pièce à conviction. Autant dire que ce système de défense s’écroule comme un château de cartes et que de très mauvais jours attendent les deux compères qui ont jeté le discrédit sur la profession de journaliste en France.

Commentaires