PARTAGER
Le dernier revirement de la Tanzanie dans le dossier du Sahara avec le lâchage pur et simple du Polisario et ses thèses séparatistes, ainsi que l’appel téléphonique du roi Mohammed VI au président tchadien Idriss Deby qui dirige l’organisation de l’Union Africaine, semblent montrer que le Maroc n’entend plus attendre indéfiniment que des pays hostiles traînent les pieds avant de se pencher sur l’examen de la demande de Rabat de réintégrer cette organisation panafricaine sur insistance de plusieurs pays amis.
Un forcing diplomatique marocain est actuellement mis en œuvre au plus haut niveau de k’état pour montrer que le royaume ne veut plus rester à l’écart après plus de quarante années d’absence et participer au développement du continent tout en espérant convaincre les derniers pays réfractaires à se référer aux recommandations de l’ONU dans le dossier du Sahara.
C’est ce leit-motiv que le roi Mohammed VI a lancé tout le long de ses tournées africaines dont la dernière en Afrique de l’Est, la semaine prochaine et au cours d’un mini-sommet africain qui se tiendra à Marrakech, en marge de la conférence de la « COP22″.
Le roi Mohammed VI réunira un éventail de chefs d’états pour réitérer
son nouveau cheval de bataille lancé l’été dernier.

Commentaires