PARTAGER
Alors que les préparatifs vont bon train pour l’organisation pour la première fois dans la ville de Laayoune d’une imposante marche en soutien à l’intégrité territoriale du Maroc, et alors que les provocations des séparatistes du Polisario ont subitement repris avec l’installation d’une tente à proximité du mur de défense, les autorités marocaines semblent avoir pris la mesure des risques de complications dans le dossier du Sahara à l’ONU après les sorties hasardeuses de son secrétaire général Ban Ki Moon, qui lui valent aujourd’hui d’être l’homme le plus haï par les marocains sur l’ensemble du territoire.
Ce dernier, doit remettre son rapport annuel le mois prochain au Conseil de Sécurité et le gouvernement marocain craint que ce rapport ne soit biaisé et orienté en raison de son attitude qui ne prête guère à l’optimisme ni à sa neutralité. Cette échéance est si importante que le ministre marocain des affaires étrangères, Salaheddine Mezouar a jugé bon de se diriger de toute urgence vers Washington, prélude à un long périple à travers plusieurs pays alors qu’il devait accompagner le roi Mohammed Vi à Moscou pour sa visite officielle.
Il s’agira donc pour la diplomatie marocaine de concentrer tous ses efforts durant les prochaines semaines pour éviter que le rapport de Ban ki Moon ne soit un dossier à charge contre le Maroc.
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com

Commentaires