Crimes contre l’humanité en Libye: trois mandats d’arrêt demandés à la CPI

Crimes contre l’humanité en Libye: trois mandats d’arrêt demandés à la CPI

177
0
PARTAGER

M. Moreno-Ocampo n’a pas identifié les personnes concernées par les mandats d’arrêt, mais des diplomates ont indiqué que le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi figurerait parmi les personnes visées.

 

Le procureur a affirmé que « les preuves collectées sont suffisantes pour penser que des attaques étendues et systématiques contre la population civile ont été et continuent d’être commises en Libye, y compris les meurtres et les persécutions qui sont des crimes contre l’humanité ».

Il a ajouté devant les quinze pays du Conseil de sécurité que le nombre de morts depuis le début du conflit se comptait « par milliers ».
« Les efforts pour dissimuler les crimes ont rendu difficile le décompte du nombre de victimes », a ajouté M. Moreno-Ocampo. « Les morts ont été retirés des rues et des hôpitaux », a-t-il précisé.

Le procureur a ajouté qu’il enquêtait également sur la mort de dizaines d’Africains dans la capitale des rebelles Benghazi, tués par une « foule en colère » qui pensait qu’il s’agissait de mercenaires à la solde du colonel Kadhafi.

Le procureur a expliqué que le gouvernement libyen avait commencé à se préparer à contrer les manifestations plusieurs semaines avant leur début, alertés par les soulèvements en Tunisie et en Egypte.
« Dès janvier, des mercenaires ont été recrutés et conduits en Libye », a-t-il dit.
Il a dit qu’il demanderait les trois mandats d’arrêt dans les semaines à venir et affirmé détenir des dépositions de témoins, des vidéos et des photos comme preuves pour soutenir ses accusations.

L’ambassadeur russe à l’ONU Vitali Tchourkine a quant à lui déploré « que des actions de la coalition menée par l’Otan ont aussi provoqué des pertes civiles ». « Cela a eu lieu en particulier pendant les récents bombardements sur Tripoli ».
« Tout usage disproportionné de la force est inacceptable », a-t-il dit dans une critique voilée à l’égard des pays occidentaux.

L’ambassadeur chinois à l’ONU Li Baodong a également décoché quelques flèches en direction de la coalition. « Nous ne sommes pas en faveur d’une interprétation arbitraire des résolutions du Conseil et nous ne sommes pas en faveur d’une action qui irait au-delà de son mandat », a-t-il dit.

La Chine estime que la priorité maintenant est « d’arriver à un cessez-le-feu complet et inconditionnel », a-t-il dit.
« Le processus judiciaire est en marche, il doit suivre son cours, sans tarder », a souligné Gérard Araud, ambassadeur de France à l’ONU. « Les premiers mandats d’arrêt seront demandés aux juges prochainement. Selon les circonstances, a indiqué le procureur (Moreno-Ocampo, ndlr), d’autres suivront », a-t-il ajouté.

AFP________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires