Culture du kif, l’Intérieur désamorce la bombe

Culture du kif, l’Intérieur désamorce la bombe

354
0
PARTAGER

Une décision à laquelle les villageois s’y sont opposés et l’ont fait savoir en manifestant leur colère samedi 26 janvier 2013, devant les sièges du caïdat, de la commune et de la gendarmerie royale, leur mécontentement contre cette décision. Les manifestants, qui scandaient des slogans « Des alternatives et du pain », sont allés jusqu’à barrer la route côtière entre Al Hoceïma et Tétouan avec des amas de pierre, demandant le départ du nouveau commandant de la gendarmerie royale pour son approche sécuritaire dans la gestion de ce dossier.

Il a fallu l’intervention des deux députés pour que le calme, précaire faut bien le relever, revienne. Et comme nous l’a déclaré M. Mediane, « à défaut d’une alternative qui permet aux petits agriculteurs de subsister, ces derniers continueront à cultiver le Kif. Outre le fait qu’il est utilisé comme drogue, le Kif entre également dans la composition de plusieurs traitements de la médecine ou médicaments de la pharmacopée modernes. Le petit agriculteur vend cette substance à 60 dirhams/kilo. »

La réunion de ce mercredi a permis d’élaborer des pistes pouvant conduire à lancer des projets alternatives à la culture du cannabis. Une réunion est programmée pour la semaine prochaine au siège de la préfecture d’Al Hoceima et  à laquelle devront prendre part, les élus locaux, les représentants des agriculteurs et l’autorité locale pour approfondir le débat.
Pour rappelC’est dans la région du nord du pays que se concentre cette culture. La culture de cette plante s’est propagée au cours des 30 dernières années (environ 134.000 ha). La palme de la culture du cannabis revient à la province de Chefchaouen (50%), suivie par Taounate (19%) et Al Hoceima (17%).

 

 

Actu-maroc.com ____________________________

Commentaires