PARTAGER

Un jeune demandeur d’asile afghan de 17 ans s’en est pris aux passagers d’un train, lundi dans la soirée, en Bavière (Allemagne). Il a grièvement blessé quatre personnes à la hache et au couteau avant d’être tué par la police. Les enquêteurs ont découvert un drapeau de l’EI dans la chambre de l’agresseur.

Daech affirme que l'attaque en Allemagne a été menée par un de ses "combattants"
Un drapeau de l’organisation Etat islamique (EI) a été retrouvé dans la chambre du jeune demandeur d’asile afgan qui a blessé quatre personnes lundi soir dans un train régional allemand en les attaquant à la hache et au couteau, a annoncé le ministre bavarois de l’Intérieur, Joachim Herrmann, mardi.

« Lors de la fouille de la chambre où il vivait un drapeau de l’EI fabriqué artisanalement a été retrouvé », a déclaré le responsable conservateur à la chaîne de télévision publique ZDF, évoquant aussi un témoin affirmant que le jeune agresseur, qui a été tué par la police, a crié « Allah Akbar » (Dieu est grand).

Le ministre régional a toutefois jugé qu’il fallait maintenant voir dans quel mesure il appartenait vraiment à la mouvance islamiste et dans quelle mesure il se serait « radicalisé tout seul très récemment ».

Cet Afghan de 17 ans, arrivé il y a deux ans en Allemagne en tant que mineur non accompagné et demandeur d’asile depuis l’an dernier, a agi seul, a-t-il expliqué. « Il était seul (…) dans le train. Il a commis les faits tout seul », a-t-il expliqué à la télévision.

Les quatre personnes blessées dans cette attaque dans un train assurant une liaison entre les villes de Treuchlingen et Wurtzbourg en Bavière (sud) sont originaires de Hong Kong, ont par aillleurs annoncé les autorités locales.

Lundi soir vers 21h15 locales, le jeune demandeur d’asile, hébergé depuis deux semaines dans une famille d’accueil, a grièvement blessé quatre passagers d’un train régional.

Une unité spéciale d’intervention de la police allemande (SEK) a fait feu et tué le jeune homme lorsqu’il a tenté de s’en prendre à elle avec ses armes blanches.

Commentaires