PARTAGER

Alors qu’il y a quelques mois avait éclaté le scandale du fils du premier ministre Benkirane qui s’est révélé avoir deux bourses pour ses études en France, un autre scandale intervient aujourd’hui dans le même registre mais cette fois-ci avec des centaines d’étudiants inscrits dans les grandes écoles françaises qui à l’inverse du fils du chef du gouvernement, ont appris, une fois sur place et les cours entamés, qu’ils ne pourraient bénéficier de ces aides par décision du ministère.

Voulant consacrer en priorité l’enveloppe budgétaire réservée aux bourses d’études à l’étranger aux étudiants inscrits en deuxième et troisième année ,ce département a sacrifié de manière illogique les nouveaux inscrits en première année.

Autre aberration, ces derniers n’ont été informés que maintenant obligeant les parents de certains à vendre leurs biens ou à s’endetter pour que leurs enfants puissent poursuivre leur scolarité dans des établissements dont les frais d’inscription peuvent atteindre les 10.000 sans compter les dépenses relatives au logement à la nourriture et aux activités para-scolarité.

D’autres moins, fortunés issus de milieux modestes ont été de contraints de retourner au pays avec toutes les conséquences que l’on sait. Ces bourses dites de mérite et accordées aux plus méritants font l’objet de vives critiques quand à la transparence de leur attribution,. Les critères ne sont en effet pas toujours respectés en raison d’un favoritisme maintes fois démontré et dénoncé. Le meilleur exemple en est le cas du fils d’Abdelilah Benkirane qui se retrouve avec deux bourses sans que son père n’ait jamais apporté le moindre justificatif à cette situation scandaleuse et à ce privilège.

Actu-maroc.com

Par Mounir Ghazali

Commentaires