Débat à Rabat sur la libre circulation des migrants et l’ouverture des...

Débat à Rabat sur la libre circulation des migrants et l’ouverture des frontières

276
0
PARTAGER

Intervenant à cette occasion, Mme Catherine Dewenden, directrice de recherche au Centre national de la recherche scientifique de France (CNRS), a indiqué qu’il existe « un affrontement entre le droit à la circulation et l’angoisse de l’ouverture des frontières Nord-Sud » par peur d’envahissement des migrants.

L’ouverture des frontières constitue un objectif mondial, néanmoins les pays pauvres sont pris entre le désir de maintenir la possibilité de la migration et la pression faite par les pays riches à travers la fermeture des frontières, a-t-elle précisé, ajoutant qu’il y a des négociations qui se font à travers les accords bilatéraux.

La plupart des pays de départ ont commencé, récemment, à s’intéresser à leurs migrants d’une manière très souple à travers la mise sur pied d’instruments, tels l’acceptation du droit de sang, de double nationalité et de vote local des étrangers dans les pays européens notamment les Pays-Bas et le Danemark.

Les pays de départ ont opté également pour le soutien aux associations des migrants dans les pays d’accueil pour favoriser les initiatives socioculturelles ou économiques ainsi que la politique d’aménagement du transfert de fonds à des fins collectifs, outre l’appui à l’organisation du religieux dans les pays d’accueil, a-t-elle relevé.

Elle a estimé que certains pays sont les plus investis dans les politiques diasporiques, citant l’Italie qui a accordé un intérêt particulier à ses migrants dès la fin du 19ème siècle.

L’Italie a, récemment, donné le droit de vote aux élections parlementaires aux Italiens de l’étranger et facilité aussi la réaquisition de la nationalité italienne pour ses ressortissants à l’étranger, a-t-elle précisé.

Et d’ajouter que le Maroc est très actif dans la politique diasporique à l’égard de ses migrants en vue de garder les liens avec le Royaume, de permettre la circulation de ses élites, mettant l’accent sur le rôle joué par le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) dans ce domaine.

Le Mexique et la Turquie sont également très actifs sur ce terrain, a-t-elle poursuivi.

Pour sa part, Hervé Le Bras, directeur d’études à l’école des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris, a souligné que le fait d’ouvrir les frontières permettrait une libre circulation aux migrants et faciliterait les échanges économiques.

La libre circulation favorise également le développement des pays du Nord et du Sud, une meilleure collaboration entre les entreprises des deux rives de la méditerranée et l’implantation de nouvelles industries, a-t-il ajouté.

Néanmoins, le contrôle de la migration est contreproductif et contraire aux questions de droits de l’Homme et économiquement défavorable, a-t-il estimé.

Cette rencontre a été organisée dans le cadre du colloque tenu, lundi et mardi, par l’Observatoire des circulations migratoires et des espaces transfrontaliers et le Centre Jacques Berque.

_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires