PARTAGER

Déjà choqués par l’annonce du viole d’un enfant de quatre ans par une
voisine de sa grand-mère, les habitants de la ville de Safi viennent
d’apprendre avec tristesse son décès sans savoir s’il est en rapport
avec les mauvais traitements subis.

Alors que cette affaire rarissime était jugée par le tribunal de la
ville après l’arrestation de la violeuse suite à une plainte des
parents mis au courant par l’enfant qui ressentait des douleurs dans
son anus, elle prend aujourd’hui une nouvelle dimension et mérite un
rappel des faits tels que figurant dans la plainte et les aveux.

Travaillant à Casablanca, la mère laissait son enfant chez sa
grand-mère dont la voisine qui habitant le même immeuble profitait des
absences pour entraîner l’enfant chez elle pour lui faire subir des
attouchements et le pénétrer avec ses doigts lui causant des plaies.
Face aux douleurs ressenties, il a fini par raconter à sa mère et à sa
grand-mère les tortures qu’il subissait de la part de la voisine
arrêtée rapidement pour reconnaître les faits en se justifiant de ne
pas disposer de toutes ses facultés mentales.

L’autopsie devra révéler s’il existe une relation de cause à effet entre
le viol et la mort de l’enfant et si un choc traumatique en est la raison.
L’affaire est loin d’avoir livré tous ses secrets.

Commentaires