Déclin de l’industrie américaine

Déclin de l’industrie américaine

387
0
PARTAGER

Parlementaires, syndicalistes, dirigeants de groupes industriels s’en émeuvent aux Etats-Unis. Ils accusent Pékin, pêle-mêle, d’entretenir artificiellement la faiblesse de sa monnaie pour doper sa compétitivité ; de ne pas respecter les normes de qualité et de sécurité pour ses produits ; de se moquer de la propriété intellectuelle et, plus généralement, des règles du commerce international.
Le déficit commercial des Etats-Unis avec la Chine ne cesse de grandir. Il a atteint en 2006 le niveau record de 233 milliards de dollars. L’écart est tel que, selon la banque J. P. Morgan, les exportations américaines vers la Chine doivent augmenter au moins deux fois plus vite que les importations pour permettre au déficit de rester constant !

Les seules ventes américaines vers la Chine qui explosent sont celles… des déchets. Au point de représenter en 2006, avec 6,7 milliards de dollars, le deuxième secteur le plus excédentaire du commerce avec celle-ci. Seul l’aéronautique a fait mieux. Les exportations de papier usagé américain vers la Chine sont passées de 348 000 tonnes en 1994 à 9,1 millions de tonnes en 2006, et celles de déchets de fer et d’acier, issus notamment des épaves automobiles, de 166 000 tonnes en 1998 à 2 millions de tonnes. La progression est encore plus spectaculaire pour les déchets plastiques et ceux issus des produits électroniques et informatiques.

Il s’agit tout à la fois d’un symptôme inquiétant du déclin de l’industrie américaine et d’une bonne nouvelle macroéconomique. Une partie des conteneurs qui arrivent dans les ports américains ne repartent plus vides, et cela limite d’autant l’ampleur du déficit commercial. Le recyclage est une activité relativement nouvelle aux Etats-Unis, qui a déjà créé 50 000 emplois. Elle contribue enfin à mieux protéger l’environnement. La quantité de papier recyclé est passée aux Etats-Unis de 32 % en 1990 à 53,4 % en 2006. Les entreprises du secteur en viennent maintenant à récupérer des matériaux dans des décharges abandonnées depuis des décennies.

Pour terminer, et sans plaisanter, tout cela c’est la faute aux Chinois !

Hafid FASSI FIHRI pour actu-maroc.com__________
Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

 

Commentaires