DÉCRYPTAGE DU REMANIEMENT MINISTÉRIEL EN ALGÉRIE

DÉCRYPTAGE DU REMANIEMENT MINISTÉRIEL EN ALGÉRIE

791
0
PARTAGER

Tout juste un an après la constitution de son gouvernement, le
quatrième en deux années et demi, le premier ministre algérien
Abdelmalek Sellal, vient de se voir confier par le président Abdelaziz
Bouteflika ou du moins sa garde rapprochée, une nouvelle équipe
gouvernementale qui aura la lourde tâche, quasi impossible, de mener
deux grands chantiers sensibles. Le premier est de juguler la crise
née de la mévente du pétrole suite à l’effondrement du prix de l’or
noir sur le marché international qui oblige le pays à puiser dans ses
importantes réserves financières et à geler les grands projets
d’infrastructures programmés dont une partie importante à caractère
social. Le second front concerne la lutte espérée contre la gabegie et
un remodelage de l’image du pays très écornée par la multiplication
vertigineuse des affaires de corruption qui s’entassent devant les
tribunaux impliquant des de hauts responsables proches du clan
présidentiel.

Pour certains observateurs de la scène politique algérienne, ce
deuxième remaniement en l’espace d’un an n’est que le reflet de la
lutte sans merci que se livrent les parties rivales autour du
président depuis sa maladie, une situation pour laquelle ils
n’écartent pas l’hypothèse d’un coup d’état à tout moment en raison de
cette double crise politique et économique.

Commentaires