PARTAGER

Avec Hamid Chabat, le leader du parti de l’Istiqlal, il ne faudra désormais plus s’étonner de rien et s’attendre à des initiatives que lui seul peut prendre et justifier.

Après avoir obligé sa formation à quitter il y a deux ans le navire du gouvernement dans lequel elle siégeait depuis les élections de novembre 2011 aux côtés des islamistes du PJD et être entré en guerre contre ces derniers pour rejoindre l’opposition, il vient, contre toute attente, de pousser son parti , à quitter cette dernière.

Ayant tiré les leçons des résultats des dernières élections qui illustrent la prédominance des islamistes sur l’échiquier politique et en prévision des prochaines élections législatives alors que son parti est en perte de vitesse, Chabat en a conclu qu’il avait tout à gagner en se rapprochant de nouveau de leur parti et leur leader.

L’occasion lui a été offerte de prendre ses distances avec les rangs de l’opposition après l’échec de négociations sur des désistements réciproques lors des derniers scrutins qui ont envenimé ses rapports avec les dirigeants du PAM, du reste froids et distants avec lui, comme par méfiance en raison de ses volte-face comme celle qui vient de se produire. Reste à savoir si Benkirane est prêt à tourner la page d’un passé tumultueux et s’allier de nouveau avec un partenaire si imprévisible au verbe acide.

Commentaires