Délocalisation de la décharge publique de Dakhla: préserver l’environnement et protéger la...

Délocalisation de la décharge publique de Dakhla: préserver l’environnement et protéger la nappe phréatique

322
0
PARTAGER

-Par Taoufik El Bouchtaoui-

Située à proximité de nouvelles zones urbaines, l’actuelle décharge publique, avec les odeurs et les émanations pestilentielles et nauséabondes qui s’en dégagent, cause de sérieux désagréments aux habitants des quartiers riverains, outre les risques et préjudices qu’elle présente pour la santé publique et pour l’écosystème de la baie de Oued-Eddahab.

L’image attractive et accueillante de la ville de Dakhla, avec ses plages magnifiques, ses sites touristiques époustouflantes et sa baie considérée comme étant un site exceptionnel d’un grand intérêt biologique et écologique, se trouve ainsi ternie par le spectacle désolant de ce dépotoir situé à quelque encablures d’un aéroport international et de la nouvelle cité Al-wahda.

Face à cette situation préoccupante, un projet de création d’une nouvelle décharge contrôlée a été lancé dans le cadre de la mise en oeuvre du schéma directeur d’assainissement solide des communes de Dakhla et de Laârkoub, doté de près de 99 millions Dhs et réalisé conformément aux conventions thématiques signées entre plusieurs partenaires pour la réalisation d’une série de projets dans le secteur de l’environnement dans la région de Oued-Eddahab-Lagouira.

Selon le président de la municipalité de Dakhla, M. Sidi Slouh Joumani, le taux d’avancement des travaux de réalisation de la première tranche de la nouvelle décharge, à laquelle a été allouée un montant de plus de 15 millions Dhs, a atteint plus de 85 pc.

D’une superficie de 4,5 hectares sur un total de 15 hectares consacrés à ce projet, cette première tranche de la nouvelle décharge est située au lieu dit

« Win ôttay « , à quelque 43 km au nord de la ville de Dakhla, un endroit sélectionné par une commission locale de différents secteurs suivant des critères prenant en compte la préservation de l’environnement, la protection de la nappe phréatique et l’éloignement des axes routiers et des groupements d’habitations, a-t-il expliqué dans une déclaration à la MAP.

La nouvelle décharge, poursuit-il, est réalisée dans le respect des normes en vigueur et est dotée de différents équipements de contrôle et de gestion nécessaires(bassins de 1000 m3 de stockage de lixiviat, pesée…).

En termes d’impact, la nouvelle décharge qui vient remplacer l’actuel dépotoir, inadaptée en raison de son emplacement à l’intérieur de la ville de Dakhla et de certains quartiers, permettra d’éliminer toutes les nuisances ainsi que les risques écologiques qui pèsent sur l’écosystème de la péninsule, a-t-il soutenu.

Et d’ajouter que le nouveau site de la décharge connaîtra des travaux d’extension au fur et à mesure que se développe la ville de Dakhla qui produit actuellement près de 112 tonnes de déchets ménagers et similaires par jour.

+Péninsule de Dakhla : des atouts écologiques et naturels indéniables+.

Classée milieu maritime du réseau national des aires protégées, Dakhla avec sa baie de Oued-Eddahab, est un site exceptionnel d’un grand intérêt biologique et écologique de par sa grande biodiversité, son cadre naturel des plus pittoresques et sa situation géographique incomparable.

S’étendant sur 37 km et couvrant une superficie de presque 400 km2, la baie de Dakhla offre un idéal habitat pour plus de 120 espèces de mollusques, dont des espèces endémiques et plus de 41 espèces de poissons.

Site d’hivernage et de reproduction remarquable pour de nombreuses espèces d’oiseaux et une escale pour la plupart des oiseaux d’eau paléarctiques(une moyenne de 60 oiseaux entre 1995 et 2000), la baie est connue également pour ses peuplements de mammifères marins notamment les grands dauphins et constitue un excellent site pour le développement des activités aquacoles, notamment l’exploitation des gisements naturels de coquillages et la production conchylicole.

Considéré comme étant « le joyaux » de la région de Oued Eddahab-Lagouira, la péninsule de Dakhla est riche d’une multitudes de sites naturels diversifiés et de sites pittoresques et enchanteurs qui parsèment ses différentes plages et coins.

Porto Rico, Graret Fartet, Dune Blanche, Lagune Marina, El Faro, le point kilométrique 25, ou encore Lassarga, El Argoub, Jorf Lahmam, Foum Labouir, Taouarta, sont autant de lieux évocateurs ou de sites naturels exceptionnels. Cette variété d’atouts, à la fois naturels et paysagers, conjugués à d’autres attraits, ont favorisé progressivement le développement d’un écotourisme dans la région en tant que levier de développement pour une conservation durable du patrimoine biologique et culturelle local et une valorisation rationnelle des ressources.

map______________

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires