PARTAGER

Des orages menaçants pèsent sur la tour de la CDG à la place Piétri à Rabat, le puissant bras financier de l’état qui continue d’accumuler les contre-performances et des pertes sèches dans bon nombre de ses investissements dans plusieurs secteurs d’activité.

En moins d’une semaine et pour ne parler que des plus connus, deux hauts responsables ont présenté leurs démissions après avoir senti le vent tourné, à l’image du secrétaire général Said Laftit et du Directeur Général adjoint Amine Benhalima après des années de bons et loyaux services dans un empire financier qui traverse une zone de fortes turbulences.

Au niveau des ressources humaines notamment avec des changements à venir dans les grandes orientations. Un plan stratégique qui doit être rendu public au début de l’année prochaine a mis littéralement le feu au poudres avec des rumeurs sur l’annonce de l’arrivée de nouvelles équipes, plus jeunes, et aux profils pointus au niveau managérial pour remplacer des effectifs vieillissants qui traînent la désagréable réputation d’avoir atterri à la CDG, pour un certain nombre d’entre eux, grâce à leurs noms et leurs réseaux d’influence.

L’objectif visé par le patron actuel, Abdelatif Zaghnoun, est de mener cet établissement stratégique vers les sommets de la compétence et du rendement à l’heure où de nombreuses questions se posent sur une redéfinition de ses champs d’intervention dans l’économie et la finance nationales

Commentaires