PARTAGER

A défaut d’attendre un geste de solidarité de personnages qui prétendaient avant son arrestation être ses amis, l’on se contentera d’entendre des voix criant plus fort les unes que les autres pour ne lui accorder aucune excuse dans son épreuve.
A commencer par le chanteur de rai Algérien, Cheb khaled, autrefois admirateur de Saad Lamjarred qui a rejoint la cohorte de détracteurs de ce dernier en affirmant à demi-mots que ce dernier était un récidiviste et qu’il était difficilement excusable.
Détrôné de son rang de premier chanteur arabe avant l’arrivée de la star marocaine, on peut comprendre ce manque de tact.
Le chroniqueur « people » Simo Belbachir, n’est pas passé, lui, par quatre chemins après avoir tenté par le passé d’accoquiner avec Saad Lamjarrad, pour dresser un tableau des plus pitoyables en confiant à une radio qu’il fallait s’attendre au pire avec un artiste dont le sang contenait de l’alcool et de la cocaïne au moment de son arrestation et qui portait des traces de griffes sur son corps. De plus ajoute le chroniqueur « un vrai pro qui était sur le point de se produire deux jours plus tard pour le plus important concert de sa carrière à Paris, ne sort pas en boîte de nuit et se doit d’être toujours entouré de son staff ». Avant Khaled et Simo Belbachir, d’autres intrus s’étaient invités à témoigner à charge contre Saad Lamjarred, à croire qu’il a beaucoup d’ennemeis dans le milieu.

Commentaires