PARTAGER

Le leader de l’Istiqlal, Hamid Chabat, prend un très gros risque en se présentant mercredi prochain pour la présidence de la nouvelle région de Fès-Meknes, face à un poids lourd comme Mohand Laenser, le secrétaire général du Mouvemenyt Populaire qui a le soutien de tous les partis de la coalition gouvernementale, surtout celui du PJD qui vient de défaire le même Chabat aux dernières élections communales du 4 septembre.

Une défaite qu’il n’a pas digéré s’étant toujours considéré comme imbattable dans son fief sauf que l’actuel ministre islamiste du budget Driss El Azami l’a détrôné de son poste de maire après l’avoir mis ko à terre et lui avoir fait subir la pire des humiliations. Imbu de ses certitudes, Chabat avait même promis de démissionner si jamais son parti n’emportait pas les élections, promesse non tenue.

Pour se refaire et oublier sa lourde défaite et ne pas démissionner, il tente donc un pari difficile au risque d’en essuyer une seconde qui l’écarterait immanquablement de la scène politique où il se sent de plus en plus à l’étroit. Ses nombreux adversaires au sein de son parti qui veulent l’en déloger, seront les premiers à applaudir plus fort que ses autres ennemis politiques, comme les islamistes du PJD, convaincus de sa fin imminente.

Commentaires