Des acteurs sahraouis dénoncent la motion du parlement suédois appelant à reconnaitre...

Des acteurs sahraouis dénoncent la motion du parlement suédois appelant à reconnaitre la prétendue « rasd »

332
0
PARTAGER

Dans des déclarations à la MAP, ils ont estimé que cette motion est contraire à la position officielle du gouvernement suédois qui soutient les efforts entrepris pour mettre fin au conflit artificiel autour du Sahara marocain.

Au moment où la communauté internationale a salué les réformes politiques, économiques et sociales en cours au Maroc et exprimé son soutien aux efforts déployés afin de parvenir à une solution à ce conflit artificiel, le parlement suédois entreprend une démarche allant à l’encontre des efforts onusiens pour régler cette question, ont-ils souligné.

« Au lieu de tomber dans le piège des thèses propagandistes du « polisario », le parlement suédois est invité à s’intéresser plutôt à la situation déplorable des Marocains séquestrés dans les camps de Tindouf, aux violations graves des droits de l’Homme sur le territoire algérien et aux détournements de l’aide humanitaire internationale destinée aux populations des camps, décriés à maintes reprises par les organisations internationales », ont-ils ajouté.

Pour sa part, la Ligue des défenseurs des droits de l’Homme au Sahara, a affirmé dans un communiqué que la motion introduite par des partis de l’opposition suédoise appelant le gouvernement à reconnaitre la prétendue « rasd », constitue « une violation flagrante des pratiques et us internationaux en matière parlementaire », réaffirmant son attachement à l’initiative marocaine d’autonomie au Sahara, en tant que solution juste et unique qui garantie une vie digne aux populations des provinces du sud du Royaume.

Pour sa part, le président de l' »Association des portés disparus du polisario » (APDP), Dahi Aguai, a souligné que cette motion est contraire à la position des Nations unis qui n’ont eu de cesse d’appeler à une solution politique pour résoudre le conflit du Sahara, et à l’édification d’une Union maghrébine capable de relever les défis dont le foisonnement des réseaux terroristes dans le Sahel et le Sahara.

« Les parlements démocratiques ne peuvent pas soutenir les tortionnaires et autres éléments poursuivis par la justice internationale », a-t-il poursuivi, notant que les parlementaires suédois « ne sont pas suffisamment informés sur la question du Sahara et les Sahraouis pour émettre une telle motion ».

« L’association dénonce cette motion et la considère comme une manœuvre visant à soutenir la thèse des séparatistes », a-t-il dit, affirmant que le parlement suédois aurait mieux fait de s’informer sur les conditions déplorables dans lesquelles vivent les séquestrés de Tindouf qui subissent quotidiennement toute sorte d’actes de violence et de sévices.

 

MAP/ Actu-maroc.com

Commentaires