Des beaux jours devant le football marocain (Philipe Troussier)

Des beaux jours devant le football marocain (Philipe Troussier)

109
0
PARTAGER

-Propos recueillis par Omar ER-ROUCH-

Le football marocain dispose de grands talents qui évoluent dans des grands championnats (Angleterre, Italie, Espagne, France, Hollande) et a un grand potentiel humain qui prédit un bon futur pour le Maroc, a confié l’entraîneur globe-trotter, dans un entretien accordé à la MAP en marge du match d’ouverture du championnat chinois de football (China Super League ou CSL), qui a opposé Tianjin Teda à Shenzen Ruby FC.

« Le sorcier blanc » a également salué le choix de l’entraîneur Eric Gerets à la tête de la sélection marocaine.

« En choisissant un coach de classe mondiale, la fédération a offert un merveilleux cadeau aux fans marocains « , a estimé M. Troussier, qui avait entraîné la sélection marocaine en 2005, durant une période n’ayant pas dépassé deux mois

La sélection marocaine possède un fort potentiel humain et technique, et peut réaliser un bon parcours dans les qualifications à la Coupe d’Afrique des Nations malgré le faux pas contre l’Algérie, a-t-il relevé.

L’ex- entraineur de FUS Rabat n’a pas manqué de mettre en exergue sa relation avec son deuxième pays le Maroc.  » J’habite depuis quinze ans au Maroc, le pays qui m’a adopté, où vit ma famille, et où j’ai beaucoup de souvenirs et d’amis « , a encore souligné Troussier.

 

+ L’entraîneur globe- trotter à l’Empire du milieu +

 » J’ai acquis une bonne expérience à travers le monde: en Afrique, en Europe et en Asie. Après dix ans au Japon, je suis en Chine pour commencer une nouvelle aventure et relever un nouveau défi », a noté l’ex-coach du onze national, qui a signé en février dernier un contrat de trois ans avec Shenzhen Ruby FC, un club basé au sud de la Chine.

L’entraîneur français a estimé que le football chinois est en évolution continue et regorge d’un important potentiel humain.

« Le football chinois ne cesse de se développer et les joueurs sont talentueux et ont une bonne mentalité de travail « , a indiqué M. Troussier.

Tout en admettant qu’il ne connaît pas trop de choses sur les clubs chinois, il a affirmé qu’il suit de près l’évolution de la sélection nationale chinoise dont il est un fan , a-t-il dit.

 » Malheureusement les footballeurs chinois souffrent d’un complexe vis-à-vis de leurs voisins, le Japon et la Corée du Sud. S’ils croient en leur potentiel, ils peuvent réaliser de jolies choses « , a noté le coach de 55 ans.

S’agissant de la barrière linguistique en Chine, M. Troussier a fait savoir que le football parle une langue universelle.  » Le football c’est bien jouer, marquer des buts et gagner des matches. C’est une langue universelle que chaque footballeur comprend très bien « , a-t-il indiqué.

M. Troussier s’est dit confiant pour l’avenir du football chinois.  » Je viens d’arriver en Chine depuis un mois, mais j’ai un sentiment positif « .

+ Début dans la douleur +

Pour sa première apparition dans le championnat chinois, Troussier et son équipe Shenzen Ruby FC ont perdu (0-1), face à Tianjin Teda, un des meilleurs clubs de la CSL et un des représentants du foot chinois à la ligue des Champions d’Asie.

 » Jouer le premier match contre Tianjin Teda n’était pas un bon cadeau de bienvenue, mais nos hommes ont bien agi sur le terrain, créé de belles occasions contre une grande équipe et ont même marqué un but refusé pour hors-jeu », a-t-il souligné lors de la conférence de presse d’après-match.

Le coach français a attribué cette défaite notamment à la force de l’équipe locale et à la courte période de préparation, qui n’a pas contribué à instaurer une bonne symbiose entre les nouveaux et les anciens joueurs de son équipe.

 » Notre préparation n’a duré qu’un mois. On a besoin de temps pour instaurer une bonne symbiose entre les joueurs et créer une équipe homogène qui peut se battre pour les premières places « , a indiqué M. Troussier, ajoutant que l’équipe  » dispose d’une bonne base sur laquelle nous pouvons travailler « .

Dans des déclarations à la presse à l’occasion de la signature de son contrat avec Shenzhen Ruby FC, l’entraîneur français avait affirmé que l’équipe pourrait se placer parmi les six premiers cette saison et parmi les trois premiers la saison prochaine.

 » En 2013, nous serons les champions de la ligue chinoise « , avait-il promis. Une mission difficile attend Troussier, puisque Shenzhen Ruby FC, qui n’a remporté la ligue chinoise qu’une seule fois en 2004, s’est classé 12è la saison précédente, dépassant de deux points, les deux équipes reléguées.

_____

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires