Des dirigeants du monde entier pour un sommet anti-corruption à Londres

Des dirigeants du monde entier pour un sommet anti-corruption à Londres

540
0
PARTAGER

Des dirigeants du monde entier sont attendus jeudi à Londres pour un sommet anti-corruption dont le Premier ministre David Cameron espère qu’il permettra de doper les efforts contre ce fléau en l’inscrivant au « sommet de l’agenda international ».

Le Premier ministre David Cameron

Le Premier ministre David Cameron
M. Cameron entend à cette occasion faire signer aux dirigeants présents « la toute première déclaration mondiale contre la corruption », indique un communiqué de l’exécutif britannique publié dimanche.

Ce texte engagera les signataires « à travailler ensemble » contre la corruption, mais également à « reconnaître que la corruption sape les efforts menés pour lutter contre la pauvreté, promouvoir la prospérité et combattre le terrorisme et l’extrémisme ».

Les signataires devront également « traquer la corruption où qu’elle se trouve, poursuivre et sanctionner les personnes qui la commettent, la facilitent ou en sont complices ».

« La bataille contre la corruption ne se gagnera pas du jour au lendemain. Cela prendra du temps, du courage et de la détermination », déclare M. Cameron dans le communiqué.

« Ensemble, nous mettrons la lutte contre la corruption là où elle doit être: au sommet de l’agenda international », ajoute-t-il.

Le sommet réunira notamment les dirigeants de pays fortement touchés par la corruption, comme le président afghan Ashraf Ghani ou son homologue nigérian Muhammadu Buhari. Ont également été invités le secrétaire d’Etat américain John Kerry, la directrice générale du FMI la Christine Lagarde, le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim ou encore le président de l’ONG anti-corruption Transparency International, José Ugaz.

Ce sommet intervient un peu plus d’un mois après les révélations des « Panama Papers », qui ont dévoilé un vaste système d’évasion fiscale via des sociétés-écrans dissimulant l’identité de leur réel bénéficiaire.

David Cameron lui-même a été éclaboussé par le scandale et avait été contraint d’avouer avoir détenu des parts dans la société offshore de son père Ian, décédé en 2010.

Commentaires